Tombé sous le charme de la Provence, Pierre Donie décidait, il y a quatorze ans, d'inviter dans sa boutique - la bien nommée Senteurs d'Ailleurs, nichée sur la prestigieuse avenue Louise, à Bruxelles - les fragrances du Midi, avec des marques comme L'Occitane, Comptoir Sud Pacifique et Esteban. À l'époque, le concept de parfumerie de niche n'existait pas encore chez nous, mais il a très vite perçu chez ses clientes une soif de conseils, de connaissances et de marques exclusives que les grandes chaînes ne parvenaient pas suffisamment à étancher. Troquant alors l'at...

Tombé sous le charme de la Provence, Pierre Donie décidait, il y a quatorze ans, d'inviter dans sa boutique - la bien nommée Senteurs d'Ailleurs, nichée sur la prestigieuse avenue Louise, à Bruxelles - les fragrances du Midi, avec des marques comme L'Occitane, Comptoir Sud Pacifique et Esteban. À l'époque, le concept de parfumerie de niche n'existait pas encore chez nous, mais il a très vite perçu chez ses clientes une soif de conseils, de connaissances et de marques exclusives que les grandes chaînes ne parvenaient pas suffisamment à étancher. Troquant alors l'atmosphère provençale pour un salon très exclusif, il a multiplié les marques rares de grande qualité, assorties d'un service irréprochable. Sa devise : surtout, ne pas faire comme les autres ! En déménageant place Stéphanie, Senteurs d'Ailleurs devient aujourd'hui la plus grande parfumerie de niche d'Europe avec plusieurs nouveautés au programme. Pierre Donie a ainsi pu convaincre Jo Malone d'y installer un " shop-in-shop " : un comptoir spécialement dédié à la marque britannique, attraction-phare d'une section Haute Parfumerie qui totalise une trentaine de noms. La Haute Cosmétique, elle, a été installée dans un bâtiment voisin qui, outre tout un éventail de soins, abrite un espace maquillage (Laura Mercier et bar à ongles Essie) et un institut qui utilise les produits La Mer, Dermalogica et Eve Lom. Pierre Donie y applique le même principe que pour la Haute Parfumerie - " trouver un bon équilibre entre des marques réputées, comme La Mer ou Kiehl's, et les moins connues, comme Eve Lom " - même s'il concède qu'en matière de soins, c'est l'exclusivité qui joue plus que l'aspect " produit de niche ". S'il a aujourd'hui l'embarras du choix parmi l'offre de produits exclusifs, qui ne cesse de se développer, à ses débuts, Pierre Donie a dû batailler ferme. " La Belgique constitue un tout petit marché qui n'intéresse guère la plupart des marques. Il faut vraiment avoir des arguments en béton : c'est vrai, notre capitale ne compte qu'un million d'habitants... mais elle accueille les institutions européennes et les ambassades. Plus de 60 % de nos clients sont des étrangers, des personnes qui voyagent beaucoup mais ne parvenaient pas, jusqu'ici, à trouver leurs marques favorites à Bruxelles. Il faut trouver des produits qui ne sont pas disponibles ailleurs, ce qui demande un investissement important en temps, en argent et en efforts... mais le jeu en vaut la chandelle. "L'intérêt croissant des grands groupes est pour lui un phénomène marquant. " Ils ont compris que l'avenir appartient à la parfumerie de niche, conclut Pierre Donie. Estée Lauder a par exemple racheté Aveda et Jo Malone, mais tout en ayant l'intelligence de laisser la prise de décision entre les mains des marques elles-mêmes - histoire de préserver et de protéger l'aspect exclusif de ces produits de niche. "