Qui connaît " le bruit de vos souvenirs " ?

Ceux qui m'ont connue enfant ou ado. Ils m'ont vue évoluer, grandir et ne pas m'éloigner de celle que j'ai été.
...

Ceux qui m'ont connue enfant ou ado. Ils m'ont vue évoluer, grandir et ne pas m'éloigner de celle que j'ai été. Très calme et assez rêveuse. J'aimais jouer seule et faire des choses dans mon coin. J'ai un regard particulier sur le passé car il nous constitue. Ma nostalgie ne s'apparente pas au regret ou à la tristesse, mais à une vision attentive, tendre et anxieuse. Je suis mon passé et mon présent. Parmi les moments importants de ma vie, il y a celui où j'ai senti que la musique était mon chemin. La rencontre de mon mari, à Berlin, la naissance de mon enfant, il y a six mois, ou la publication de ce recueil sont aussi de brefs instants magiques. Celui de rester en accord avec mes rêves, or on s'en éloigne parfois malgré soi. Écrire de la poésie ou faire de la musique est une forme de liberté. Mon père ( NDLR : l'écrivain Patrick Modiano) et ma mère m'ont transmis le goût de la lecture. L'écriture m'a bercée depuis l'enfance, alors c'était naturel de la prolonger tant elle fait partie de moi. Elle est nécessaire à mon équilibre. Les classiques comme Verlaine, Robert Desnos, Emily Dickinson, Shakespeare, Goethe ou Pasolini sur Rome. Quant à l'écrivain israélien Aharon Appelfeld, c'est la musique de l'âme ! Crépusculaire, twilight en anglais. Cet entre-deux, entre chien et loup, nuit et jour, joie et mélancolie, correspond à mon univers. Avec les mots, on peut rêver, inventer, transcender ou créer un monde. Mes tournées m'ont amenée dans plein d'endroits. N'ayant pas le temps de les imprimer en moi, j'écris des poèmes pour les garder ou les réinventer. Anvers, la ville de ma grand-mère paternelle. J'aime son port et ses mystères, qui me semblent familiers. Bleu, parce que la couleur du ciel me fait penser à l'infini. J'adore les couleurs, surtout le rouge qui est à la fois joyeux, malicieux, profond et fort. C'est pourquoi il me ressemble (rires). Espérance mathématique, par Marie Modiano, L'arbalète Gallimard, 104 pages. KERENN ELKAÏMÉCRIRE DE LA POÉSIE OU FAIRE DE LA MUSIQUE EST UNE FORME DE LIBERTÉ.