L'écriture est-elle votre royaume ?

Mon royaume, c'est davantage ma maison, un lieu de confort et de joie. Dans ce refuge, je ne pense à rien, mais je peux écrire partout.
...

Mon royaume, c'est davantage ma maison, un lieu de confort et de joie. Dans ce refuge, je ne pense à rien, mais je peux écrire partout. La traduction de mes livres en Corée ou au Brésil. Pourquoi ces pays s'intéressent-ils au passé de la famille royale britannique ? Ces histoires de femmes fortes, confrontées à des événements douloureux, sont toujours d'actualité. J'adore les chaussures (rires), mais l'Histoire explique le monde d'hier, d'aujourd'hui et de demain. Elle renferme l'amour et la haine, or les sentiments sont négligés. Il en va de même pour l'angle féminin. Les historiens se penchent sur les hommes, le pouvoir et les grandes batailles. Les femmes sont les grandes oubliées, alors elles constituent le fil de cette série de six romans. On tourne actuellement une trilogie pour la BBC, en Belgique. Les paysages de Bruges et de Gand sont magnifiques. J'adore le chocolat belge ! En ces temps anciens, la femme a un statut d'animal. Elle est dépourvue de droits et de voix. Si elle ne se rebelle pas, elle réduit son espace. L'Eglise l'associe à Eve, une " pécheresse " incapable d'être en contrôle d'elle-même. Mes livres sont une interrogation : comment être un individu ? Elizabeth s'adapte constamment. Elevée à la campagne, elle est privée de terres lors de la Guerre des Roses (XVe siècle). Elle demande la protection du roi Edouard IV, qui l'épouse six semaines plus tard. Chaque fois que sa vie semble brisée, elle remonte la pente en assurant son rôle d'épouse, de mère et de reine. Oui. Dans l'intérêt du royaume, Edouard IV devait épouser une Française, mais il tombe amoureux de cette beauté. Elizabeth étant veuve et mère de famille, ils cachent l'union " shocking " pendant trois mois. En tant qu'historienne, je ne m'y intéresse pas, mais je lis les magazines comme tout le monde. Ces célébrités, privées de pouvoir, s'apparentent désormais à nous. Je soutiens l'association Gardens For The Gambia, qui tend à créer des écoles en Gambie. Pour palier la malnutrition des élèves, nous plantons des jardins, où ils font pousser des fruits et des légumes. Oui, parce que j'ai l'espoir d'un monde meilleur. Je note aussi mes rêves nocturnes dans un journal intime. Dernier en date ? Des éléphants sur la mer (rires). La Reine clandestine, par Philippa Gregory, L'Archipel, 343 pages.Kerenn Elkaïm" J'AI L'ESPOIR D'UN MONDE MEILLEUR. "