L'homme appartient à une génération d'architectes japonais distinguée au début des années 2000. Celle-là même qui s'est fait connaître à travers les figures de Toyo Ito (Pritzker 2013), Sou Fujimoto et Kazuyo Sejima (SANAA, Pritzker 2010). Qu'il soit question de " ville simulée ", d'" avenir primitif ", voire d'" ascétisme communicationnel ", ce sont tous des visionnaires...

L'homme appartient à une génération d'architectes japonais distinguée au début des années 2000. Celle-là même qui s'est fait connaître à travers les figures de Toyo Ito (Pritzker 2013), Sou Fujimoto et Kazuyo Sejima (SANAA, Pritzker 2010). Qu'il soit question de " ville simulée ", d'" avenir primitif ", voire d'" ascétisme communicationnel ", ce sont tous des visionnaires dont le travail avant-gardiste s'accommode mal des classifications préétablies. Junya Ishigami (1974, préfecture de Kanagawa) s'inscrit pleinement au sein de cette mouvance, lui dont les contextes architecturaux sont souvent rapprochés de paysages. Chez lui, ces derniers sont d'ailleurs des horizons qui polarisent toute la réflexion. L'homme signe des univers qui s'appliquent à estomper les frontières entre l'intérieur et l'extérieur. De manière fort opportune, la Fondation Cartier, à Paris, consacre une première grande exposition personnelle - un événement inédit pour un architecte, dans le bâtiment conçu par Jean Nouvel ( lire par ailleurs) - à cette figure marquante qui a remporté le Lion d'or à la Biennale d'architecture de Venise (2010). Freeing Architecture déroule une vingtaine de projets imaginés en Asie et en Europe à travers une série de maquettes de grandes dimensions, accompagnées de films et de dessins documentant leurs différentes étapes de conception et de construction. L'occasion est belle pour découvrir les coulisses de réalisations phares telles que l'Institut de technologie de Kanagawa ou un pavillon, avec une toiture courbe aérienne, dans le parc de Vijversburg, aux Pays-Bas (photo). Sans oublier la House of Peace de Copenhague, un édifice en forme de nuage posé sur l'eau à la façon d'un symbole de paix.