Retrouvez Frédéric Brébant chaque lundi matin, vers 9 h 45, dans l'émission " Bonjour quand même ", de Jean-Pierre Hautier, sur La Première (RTBF radio).
...

Retrouvez Frédéric Brébant chaque lundi matin, vers 9 h 45, dans l'émission " Bonjour quand même ", de Jean-Pierre Hautier, sur La Première (RTBF radio).On en a tous rêvé. Dans un bar, chez des amis ou même seul dans son appartement. On a tous rêvé de mettre fin à ce cauchemar cathodique : la télévision de l'autre, celle que l'on n'a pas désirée et qui nous pollue l'existence avec son omniprésence sonore. On a tous rêvé d'avoir, à cet instant précis, une baguette magique qui éteindrait définitivement la boîte à images du voisin, du copain ou du tenancier de bistrot qui nous oblige, malgré nous, à être des téléspectateurs passifs. On a tous rêvé de cette cacophonie enfin sabordée, laissant le champ libre au silence et aux conversations préservées de tout détournement d'attention. On n'y croyait plus, mais il est arrivé, tel un Messie chargé de répandre la bonne parole non télévisuelle. Son nom : Mitch Altman, ancien ingénieur de la Silicon Valley. Son invention : une minitélécommande capable d'éteindre les téléviseurs du monde entier baptisée TV-B-Gone, traduisez sommairement " la télé est partie " ( www.tvbgone.com). Sa force : une utilisation simple comme un jeu d'enfant puisqu'elle se résume à une seule pression du doigt sur l'unique bouton de la machine. On imagine sans peine le plaisir jouissif du détenteur de cet objet magique : quel que soit le pays et quel que soit le modèle du téléviseur, on peut désormais éteindre, à l'insu de tous, les images cathodiques les plus envahissantes. Dans un bar, chez des amis ou même seul dans son appartement pour bâillonner, momentanément, l'écran du voisin ! Bien sûr, le TV-B-Gone n'aurait pu être qu'un simple gadget sans importance. Mais depuis son introduction sur le marché il y a quelques semaines déjà, les ventes ont littéralement explosé, à un point tel que le site Web de la société a dû s'excuser, à plusieurs reprises, des retards de livraison pour les dizaines de milliers de boîtiers commandés. Disponible pour 12 euros seulement dans deux versions différentes (l'une spécifique au marché américain, l'autre davantage adaptée au continent européen), l'appareil salvateur se répand aujourd'hui comme une traînée de poudre et risque bien de débarquer prochainement dans votre environnement. Bref, si votre télé s'éteint soudainement, n'appelez pas tout de suite le dépanneur ! Il s'agit peut-être d'un ennemi ou, mieux, d'un ami qui souhaite vous faire passer un message du style : " Et si on oubliait un peu cette boîte hypnotique ? Et si on prenait le temps de s'écouter, de se parler ou, tout simplement, de faire autre chose ?" Prometteur, le succès du TV-B-Gone n'en est pas étonnant pour autant. A l'heure où Patrick Le Lay, PDG de TF1, reconnaît ouvertement que la mission de sa chaîne consiste à " vendre du temps de cerveau humain disponible " ( sic) par le biais d'émissions niaises, il n'est guère surprenant de constater que la résistance s'organise. Par une série d'initiatives ciblées comme, par exemple, la " Semaine sans télé " qui aura lieu du 2 au 9 avril prochain ( www.casseursdepub.org) ou ce genre d'invention salutaire et jubilatoire imaginée par cet excellent Mitch Altman. L'air de rien, c'est donc tout un courant antitélé qui est en train de se mettre en place et qui sème même la panique parmi les géants de l'industrie télévisuelle. Chamboulé, l'empire cathodique prépare déjà sa contre-attaque et développe ses nouvelles armes de persuasion massive (il se chuchote d'ailleurs que CNN travaillerait actuellement sur la conception d'un système qui réduirait à néant l'effet pirate de la TV-B-Gone). Mais la résistance ne faiblit pas et promet déjà sa riposte. Que la force soit avec l'écran noir ! Frédéric Brébant