Son rêve de gosse à lui, c'était de faire l'acteur et c'était bien parti, d'ailleurs. Il écrivait un peu, mais " juste comme ça, pour le plaisir ", sans agenda caché. La preuve qu'il faut oser cultiver son jardin secret, lorsque l'on voit où cela l'a mené. Un virage à 90 degrés, arrivé presque par hasard : il manquait un texte pour le festival parisien des Mises en Capsules, dirigé par un de ses amis, alors il s'est lancé. C'est là que naît la version courte de ce qui deviendra, à Avignon, quelques mois plus tard, Le porteur d'histoire. " C'est dans le off du Festival que j'ai découvert l'économie théâtrale, rappelle Alexis Michalik. Avant cela, je n'imaginais même pas qu'on puisse " vendre " un spectacle, des dates. Et cela a fonctionné au-delà de nos espérances. " Reprise à Paris, la pièce n'a...

Son rêve de gosse à lui, c'était de faire l'acteur et c'était bien parti, d'ailleurs. Il écrivait un peu, mais " juste comme ça, pour le plaisir ", sans agenda caché. La preuve qu'il faut oser cultiver son jardin secret, lorsque l'on voit où cela l'a mené. Un virage à 90 degrés, arrivé presque par hasard : il manquait un texte pour le festival parisien des Mises en Capsules, dirigé par un de ses amis, alors il s'est lancé. C'est là que naît la version courte de ce qui deviendra, à Avignon, quelques mois plus tard, Le porteur d'histoire. " C'est dans le off du Festival que j'ai découvert l'économie théâtrale, rappelle Alexis Michalik. Avant cela, je n'imaginais même pas qu'on puisse " vendre " un spectacle, des dates. Et cela a fonctionné au-delà de nos espérances. " Reprise à Paris, la pièce n'a jamais cessé d'être jouée depuis et sera montrée pour la première fois en Belgique, dans le cadre d'un " cycle " Michalik qui se poursuivra jusqu'en 2019. C'est que l'auteur de 34 ans n'en est pas resté là. Sa pièce la plus connue, Edmond, raconte les affres de la création de Cyrano de Bergerac par Edmond Rostand. En mai dernier, elle rafle cinq Molières, devançant Les Damnés, spectacle coup de poing de la Comédie française, s'il vous plaît. " Ce que j'aime avant tout, c'est raconter des histoires dans lesquelles le spectateur sera surpris à chaque instant par quelque chose qu'il ne verra nulle part ailleurs ", détaille-t-il. Un théâtre narratif qui se regarde comme une succession d'épisodes de séries, pleines de rebondissements et d'intrigues à tiroirs, d'allers-retours dans l'espace et dans le temps. " Grâce aux médias que nous consommons en permanence, nous avons appris à digérer beaucoup de contenus, à devenir scénaristes en quelque sorte et même à deviner la suite. " Oubliée, donc, la narration linéaire des classiques d'autrefois. Notre homme, il est vrai, a été à bonne école : à 19 ans à peine, Irina Brook lui confie le rôle-titre de l'adaptation rap et chorégraphique de Roméo et Juliette. Difficile de rêver début plus romantique. C'est là qu'il apprend la vie de troupe, qu'il découvre le pouvoir de la mise en scène. Comédien un jour, comédien toujours, il sait aussi, quand il écrit, qu'un acteur ne joue jamais trop, alors il offre à sa distribution, jamais poussée par une tête d'affiche, des rôles multiples qu'ils et elles enchaînent, au vu du public parfois, les changements de costumes peuvent faire partie du show. Ce " théâtre de lisière ", qui mêle les codes que l'on voudrait incompatibles du " subventionné " - comprenez exigeant - et du " privé " - forcément populaire -, réconcilie les publics. " Mon ambition, en écrivant Edmond, c'était que des gens qui n'avaient jamais vu Cyrano sortent de ma pièce en ayant envie d'aller voir celle de Rostand ; mais qu'à l'inverse les fans de Cyrano puissent prendre du plaisir à découvrir comment il s'imbrique dans l'intrigue et surtout comment est survenue la création d'un texte qui fera de son auteur un poète national ", poursuit-il. Avec quatre spectacles au compteur, tous encore à l'affiche à Paris ou en tournée, Alexis Michalik l'acteur a dû se résoudre à passer un peu au second plan, même si l'idée de retrouver un rôle dans une série à la Versailles ou à la Kaboul Kitchen ne lui déplairait pas. Il y a bien ce roman aussi, rédigé à moitié et resté pour l'instant en mode pause forcé. Car la priorité n'est pas là. L'urgence c'est Edmond, encore, mais version cinéma, cette fois. Le tournage débutera en janvier prochain. Un juste retour des choses ; finalement, le texte étant au départ un scénario. " Ma chance, c'est de n'avoir jamais dû renoncer à quoi que ce soit, conclut-il. Le plus grand luxe dont je jouis aujourd'hui, c'est la liberté. " La plus belle de toutes, celle de créer. Le cycle Michalik débutera au Centre culturel d'Uccle, les 8, 9 et 10 novembre prochain avec Le porteur d'histoire. www.cyclemichalik.be Par Isabelle Willot" C'est dans le off du Festival d'Avignon que j'ai appris l'économie théâtrale. "