Son rêve de gosse à lui, c'était de faire l'acteur et c'était bien parti, d'ailleurs. Il écrivait un peu, mais " juste comme ça, pour le plaisir ", sans agenda caché. La preuve qu'il faut oser cultiver son jardin secret, lorsque l'on voit où cela l'a mené. Un virage à 90 degrés, arrivé presque par hasard : il manquait un texte pour le festival parisien des Mises en Capsules, dirigé par un de ses amis, alors il s'est lancé. C'est là que naît la version courte de ce qui deviendra, à Avignon, quelques mois plus tard, Le porteur d'histoire. " C'est dans le off du Festival que j'ai découvert l'économie théâtrale, rappelle Alexis Michalik. Avant cela, je n'imaginais même pas qu'on puisse " vendre " un spectacle, des dates. Et cela a fonctionné au-delà de nos espérances. " Reprise à Paris, la pièce n'a...