A presque 49 ans, Gerd Hildebrand possède la force tranquille et souriante d'un designer qui n'a plus rien à prouver. Son parcours professionnel, débuté en 1980, est pavé de marques automobiles aussi diverses qu'Opel, Seat, Volkswagen ou encore Mitsubishi. Arrivé début 2001 dans le groupe BMW, il a déjà porté sur les fonts baptismaux la sortie de la Mini One, de la Mini Cooper et, tout récemment, de la Mini Cooper S. Une troisième déclinaison qui ne fait que renforcer le succès mondial exceptionnel de la marque Mini. Depuis sa sortie en septembre 2001, la plus petite des voitures a déjà trouvé en effet plus de 25 000 acquéreurs sur les marchés internationaux dont 2 000 rien que pour la Belgique.
...

A presque 49 ans, Gerd Hildebrand possède la force tranquille et souriante d'un designer qui n'a plus rien à prouver. Son parcours professionnel, débuté en 1980, est pavé de marques automobiles aussi diverses qu'Opel, Seat, Volkswagen ou encore Mitsubishi. Arrivé début 2001 dans le groupe BMW, il a déjà porté sur les fonts baptismaux la sortie de la Mini One, de la Mini Cooper et, tout récemment, de la Mini Cooper S. Une troisième déclinaison qui ne fait que renforcer le succès mondial exceptionnel de la marque Mini. Depuis sa sortie en septembre 2001, la plus petite des voitures a déjà trouvé en effet plus de 25 000 acquéreurs sur les marchés internationaux dont 2 000 rien que pour la Belgique. C'est donc dans un climat résolument optimiste et serein que nous avons rencontré le responsable design d'une équipe internationale qui compte seulement huit personnes.La Mini s'adresse-t-elle davantage à un public masculin que féminin? Notre démarche auprès des acheteurs est beaucoup plus subtile que cela. Regardez bien la Mini. Elle comprend trois archétypes du corps humain. Le premier archétype est le bébé avec sa grosse tête et son petit corps ainsi que ses beaux yeux doux. Le second est celui d'une jolie femme avec une silhouette voluptueuse et sensuelle. Le dernier est, enfin, l'archétype masculin avec ses larges épaules, son côté sécurisant et son côté agressif. Ce mélange devrait dès lors attirer émotionnellement aussi bien les hommes que les femmes. C'est, enfin, une voiture qui devrait plaire à tous ceux qui apprécient la marque, qui recherche une voiture facile à manipuler, une voiture qui est bien dans l'air du temps.Pensez-vous que les designers qui ont imaginé la Mini pensaient comme vous? Non, bien sûr. La première Mini, créée en 1959, était une voiture conçue par de purs ingénieurs. C'était une voiture extrêmement technique et absolument pas design. Ce qu'ils recherchaient avant tout c'était de créer une voiture la plus petite possible pouvant contenir quatre passagers dans un espace réduit. Aujourd'hui, nous avons transformé cette donnée car il a fallu ajouter la technologie et les nombreux aspects sécuritaires contemporains. Nous avons aussi voulu la doter d' une "âme". Ce n'est plus seulement une belle mécanique, c'est aussi un bel objet que l'on veut absolument avoir. J'affirmerais qu'elle possède aujourd'hui une âme et un cæur plutôt qu'un cerveau et un moteur.Après la Mini Cooper S, un modèle ultra-sportif, peut-on encore aller plus loin? Tout peut être amélioré. Nous avons dans nos cartons des projets concernant l'amélioration du moteur (un très probable diesel) et d'autres carrosseries (estate, cabriolet). Dans le cadre du groupe BMW, nous avons aussi une mission qui est de développer le secteur " petite voiture " dans une structure comprenant des voitures de grand luxe (Rolls Royce), des berlines hauts de gamme et des motos BMW. Avec la Mini dans cette constellation prestigieuse, nous comptons gagner de nouveaux clients. Notre but est d'attirer les propriétaires de BMW qui ont généralement une ou deux autres voitures avec une Mini comme deuxième ou troisième voiture.La Mini a-t-elle des concurrents? C'est difficile de comparer la Mini avec d'autres voitures. Si l'on prend comme critères ses dimensions, on peut la comparer à la VW Lupo ou à la Polo, mais sans avoir le prestige lié à la Mini. Au niveau prix, elle vaut une VW Golf mais il manquera encore l'impact de la marque. Ainsi, je ne crois pas que l'on puisse établir des comparaisons. Mini est un produit unique, avec beaucoup de personnalité, qui suscite un véritable désir de possession.Mini appartenant à un groupe allemand, fallait-il maintenir une usine à Oxford? Oui et non. Oui, car la Mini est née en Angleterre et fait partie du patrimoine britannique. Les Britanniques continuent à y être d'ailleurs fort attachés et, pour BMW, la Grande-Bretagne est un marché très important. Non, car d'autres licences de construction existent déjà en Allemagne ou en Italie. Notre volonté est également que la Mini devienne une voiture mondiale et non plus exclusivement britannique. Les temps ont changé, aujourd'hui le lieu de production d'une voiture importe peu.Vous avez présenté la Cooper S en première mondiale au Salon automobile de Tokyo. Le marché japonais est-il également sensible pour BMW? Il est aussi important que les marchés européens car encore une fois BMW est bien implanté au Japon. La Mini a toujours eu une réputation envieuse au Japon, le design de la Mini répondant exactement aux désirs stylistiques des Japonais.Dans sa communication, le groupe BMW insiste beaucoup sur le côté futuriste de la Mini. L'attirance du futur acquéreur n'est-elle pas aussi fondée sur la nostalgie suscitée parla petite voiture? Dans la vie d'un conducteur, l'achat d'une voiture est toujours un acte important. Vous ne pourrez jamais tromper un acheteur avec une communication simple! D'autre part, la nouvelle Mini est vraiment une voiture du XXIe siècle puisqu'elle est sortie en 2001. Ensuite, c'est une voiture résolument moderne, répondant aux normes de sécurité les plus pointues. Enfin, on l'achète pour être vu et être classé socialement.Mais pour les conducteurs qui ont eu une Mini dans leur jeunesse, la Mini provoque tout de même un sentiment nostalgique très fort... Je sais que la mode est au rétro. On crée aujourd'hui des objets à partir de formes du passé. Notre Mini actuelle n'est pas connue comme cela. La voiture n'a jamais cessé d'exister depuis sa création en 1959. Elle a connu des périodes d'évolution tous les dix ans puis est venue cette nouvelle auto qui en est la continuation. Je pourrais comparer la Mini avec la Porsche 911 créée en 1963 et celle que l'on connaît aujourd'hui. Vous aurez le même choc stylistique. La Porsche a subi au cours des années des rafraîchissements stylistiques et mécaniques. C'est le même processus pour la Mini. Nous ne sommes pas partis d'un modèle rétro: la voiture n'a fait que suivre une évolution logique. Si les chaînes de production de la Mini précédente se sont arrêtées, c'est simplement parce qu'elle ne répondait plus aux normes d'homologation. La nouvelle Mini devait donc logiquement voir le jour.A sa naissance, la Mini se voulait aussi une voiture bon marché, elle est maintenant devenue une voiture haut de gamme. En 1959, la petite voiture a été créée dans le climat de crise du canal de Suez. Le gouvernement anglais avait demandé aux ingénieurs d'imaginer une voiture purement technique à petit prix. En 1963, elle a connu une nouvelle vie en devenant surtout une voiture de rallye; un produit sportif. Après cela, elle est devenue une voiture branchée grâce aux Beatles et à la jet set. A la fin, elle représentait une style de vie, très huppé. C'était devenu une voiture culte dans le monde entier. En entrant dans le groupe BMW en 2001, en plus de tous ses acquis historiques, elle a dû encore répondre aux standards de qualité du groupe. Cela ne rimerait à rien d'avoir dans le même groupe des voitures haut et bas de gamme. La qualité prime avant tout. Ce n'est plus une voiture bas de gamme puisque l'on veut rencontrer les vraies attentes des acheteurs. On peut dire que c'est une voiture sur mesure.Pourriez-vous décrire la voiture en trois mots? "Good, beter ,best " ( rires). Je dirais plutôt que la Mini répond aux cinq sens: la vue, l'ouïe, l'odorat, le toucher et le goût. Je m'explique. Vous regardez la voiture et vous avez tout de suite ou non de la sympathie pour elle. Si elle vous émeut, vous allez vers elle, vous la touchez et vous appréciez la qualité de la finition. Vous vous imprégnez aussi de la senteur du cuir quand vous êtes dans son habitacle. Vous écoutez ensuite le bruit du moteur et il se veut fascinant. Quand vous roulez, vous goûtez la route et vous l'appréciez. Voilà, à mon avis, la meilleure façon de la décrire. Propos recueillis par Chantal Piret