We are golden

Des yeux d'or pur. Chez Dior, tout le look de fête est construit autour des reflets scintillants du métal précieux. La Minaudière collector (85 euros) cache derrière son fermoir rétro trois fards à paupières (ors gris ou ors roses) et deux nuances pour les lèvres. Gold toujours dans le Trio de Bourjois (11,90 euros) mais marié au blanc et au noir intense pour réussir un smoky pailleté. Encore plus kawaii, la palette Magic Queen de Shu Uemura (69 euros) porte en prime la signature graphique de l'artiste Aya Takano.
...

Des yeux d'or pur. Chez Dior, tout le look de fête est construit autour des reflets scintillants du métal précieux. La Minaudière collector (85 euros) cache derrière son fermoir rétro trois fards à paupières (ors gris ou ors roses) et deux nuances pour les lèvres. Gold toujours dans le Trio de Bourjois (11,90 euros) mais marié au blanc et au noir intense pour réussir un smoky pailleté. Encore plus kawaii, la palette Magic Queen de Shu Uemura (69 euros) porte en prime la signature graphique de l'artiste Aya Takano. Gonflé, le crêpé. Celles qui ne veulent pas s'embarrasser d'un chignon opteront pour cette coiffure éthérée découverte sur le podium de Nina Ricci qui sublimera un maquillage nude sophistiqué paré de reflets dorés. En pratique, on crêpera seulement les cheveux à la racine pour apporter un maximum de volume. Et on lissera les longueurs sur l'avant. Pour une meilleure tenue, on terminera par quelques pschitts de laque Elnett Satin (5,49 euros). Une sacrée bombe relookée par Christophe Coppens. Comme par magie. D'un coup de baguette, on se réveille le teint avec ces soins prodiges qui gomment les signes de stress et préparent la peau pour la fête. Présenté en dosettes nomades, le Midnight Star de Guerlain (60,58 euros) se pare d'abeilles d'or pour cette édition Collect'Or. Enrichie à la lavande, la Brume Hydratante de M.A.C. (16 euros) s'applique aussi bien sur la peau nue que pour fixer le maquillage ou lui redonner un coup d'éclat quand la nuit avance. Quant au sérum de lumière universel Éclat Miracle de Lancôme (33,55 euros), il promet de booster l'aura et sculpter sans les marquer les courbes du visage. Le teint givré. D'une texture aérienne et soyeuse, la poudre Or Impérial (74,39 euros), légère, et fleurant bon la violette, - " la " signature olfactive de Guerlain - dépose sur la peau et les cheveux un voile mordoré. Nichée dans un boîtier en similicuir gold reprenant le logo du sac Cassandre en surpiqûre, la palette Metallic Colorama d'Yves Saint Laurent (55,93 euros) dévoile son enlumineur de teint aux reflets champagne rosé. Emballée elle aussi dans une it box façon croco, la Poudre Scintillante de Givenchy (57,50 euros) laisse sur la peau comme une sensation d'organza de soie. Chez Armani, la palette Gold Rush (52 euros) nimbe le teint d'un éclat coupé d'or. Tendre est la bouche. Face à ce trop-plein d'éclat, on misera pour les lèvres sur un nuancier tout en retenue avec le Baume Lèvres Nues 03 de Une (13,99 euros) ou le tout nouveau rose Magnolia de la ligne Rouge Coco de Chanel (28,98 euros). Des ongles en full métal. On se fait les griffes sur la laque Or Rose d'Yves Saint Laurent (22,13 euros), le vernis Or Tsarine de Dior (24 euros) ou lamé de Pro Nails (12,45 euros). Champagne aux lèvres. Comme tout est dans l'extravagance du regard, on se contente d'un gloss légèrement pailleté sur la bouche, nuance perle pâle chez M.A.C. (Lipgelée Luxure, 17 euros), beige rosé chez Gosh Cosmetics (Lip Colour Pink beige, 8,49 euros) ou champagne cuivré chez Rimmel (Vinyl Gloss Paparazzi, 8,99 euros). Bleu je veux. Turquoise cet été, le vernis vire au bleu foncé : la preuve avec la laque Blue My Mind - séchage garanti en 60 secondes - de Rimmel (6,99 euros) ou le très pro Ski Teal We Drop d'O.P.I. (13,95 euros). Cruella Mania. Comme elle, on n'a pas peur d'en remettre une couche pour des ongles red dingues d'éclat. On le choisit assorti à notre raisin L'Wren Scott pour Lancôme (15 euros), carrément primaire dans la version Silken Cord d'Essie (13,75 euros) ou beaucoup plus profond avec le Red Ruby de Rituals (9,90 euros). Belle comme une fusée. Les plus geekettes se délecteront de cette parure de paupières à la Star Treck - opportunément baptisée Neo Reflector (Shu Uemura, 70 euros) -qui en jettera sous les boules à facettes d'ici ou d'un cyber ailleurs. Plaqué lissé. Pour éviter tout frisottis lorsqu'on voudra se plaquer les cheveux et les nouer sobrement en chignon bas, comme les belles minimalistes du défilé Stella McCartney, on prépare le terrain avec le Masque Lissant Smooth Thérapie Biolage de Matrix (19,80 euros) et on applique avant le séchage une noisette de Sérum Lissant Intense (19,80 euros). Ciel, mon regard. On se souvient que l'automne des yeux s'est construit sur le mantra " blue is the new black ". On continue à le mettre en pratique avec la palette Blue Drama de Maybelline (11,49 euros) ou l'ombre à paupière Eye Shadow by Chantal Thomass pour Nivea (9,65 euros). L'air de ne pas y toucher. On éteindra toute méfiance en misant sur cette allure de fille à papa trop sage pour être honnête piquée dans les backstages du défilé Louis Vuitton. Pour peaufiner le swing de sa queue de cheval, on prépare les longueurs avec le duo coiffant shampooing et spray Volumateur d'Yves Rocher (5,90 et 12 euros). Ne pas oublier d'enrouler la mèche sur un bigoudi avant de passer le sèche-cheveux. Le détail ultraglam ? Cacher son élastique avec une mèche de cheveu fixée grâce à des pinces à chignon. Des cils 3D. Parce qu'il n'y a jamais assez de volume, ni de longueur, on balance entre le tout nouveau mascara Volume Million Lashes Extra-Black de L'Oréal Paris (15,99 euros) et la version Clubbing de Bourjois (13,50 euros). Pour une touche de glam en prime, on se laisse tenter par l'éclat doré de l'envoûtant 2 de Guerlain dans son édition collector 13 Or 2 Nuit (38,26 euros). La bouche à la Mad Men. Parce que le bâton chic est l'accessoire fétiche de la saison, on s'offre l'édition limitée de L'Wren Scott pour Lancôme (26,91 euros) et on prend sans traîner une leçon de rouge (lire en pages 50 et 52). Par Isabelle Willot