"Le non-look est la norme actuelle ", lance d'emblée Jean-Baptiste Fabbricatore. Managing director de LWS Production et fondateur d'e-TV (www.etvonweb.be), un site diffusant des vidéos parlant de luxe, de design et de gastronomie, l'homme est bien placé pour suivre ce qui se passe dans la sphère fashion. " Beaucoup de gens se soucient peu de ce qu'ils portent, poursuit-t-il. Un tee-shirt, des sneakers et un sweat à capuche : aujourd'hui, tout le monde se ressemble. J'ai aussi quelques jeans troués dans mon dressing mais j'accorde tout de même un peu d'attention à ce que je mets et à la façon dont je combine les pièces. " Ce goût des beaux vêtements, il le doit à ses parents. " Mon père est Napolitain et j'ai hérité de son sens de l'esthétisme. Quant à ma mère, qui est Gantoise, elle m'a appris à m'habiller avec élégance, sans pour autant dépenser des fortunes. En toute simplicité et sans chichis. J'aime toutefois apporter une petite touche plus sophistiquée à mes tenues, ce qui est typiquement italien. A treize ans déjà, je me promenais sans chaussettes ", s'amuse-t-il. Si le manager juge son style plutôt classique, il s'accorde néanmoins quelques fantaisies. " Avec un pantalon à carreaux clairement too much, je choisirai une chemise blanche et une veste bleue dans le but d'adoucir l'ensemble, illustre-...

"Le non-look est la norme actuelle ", lance d'emblée Jean-Baptiste Fabbricatore. Managing director de LWS Production et fondateur d'e-TV (www.etvonweb.be), un site diffusant des vidéos parlant de luxe, de design et de gastronomie, l'homme est bien placé pour suivre ce qui se passe dans la sphère fashion. " Beaucoup de gens se soucient peu de ce qu'ils portent, poursuit-t-il. Un tee-shirt, des sneakers et un sweat à capuche : aujourd'hui, tout le monde se ressemble. J'ai aussi quelques jeans troués dans mon dressing mais j'accorde tout de même un peu d'attention à ce que je mets et à la façon dont je combine les pièces. " Ce goût des beaux vêtements, il le doit à ses parents. " Mon père est Napolitain et j'ai hérité de son sens de l'esthétisme. Quant à ma mère, qui est Gantoise, elle m'a appris à m'habiller avec élégance, sans pour autant dépenser des fortunes. En toute simplicité et sans chichis. J'aime toutefois apporter une petite touche plus sophistiquée à mes tenues, ce qui est typiquement italien. A treize ans déjà, je me promenais sans chaussettes ", s'amuse-t-il. Si le manager juge son style plutôt classique, il s'accorde néanmoins quelques fantaisies. " Avec un pantalon à carreaux clairement too much, je choisirai une chemise blanche et une veste bleue dans le but d'adoucir l'ensemble, illustre-t-il. J'aime mixer les genres, du traditionnel à l'excentrique et du cher au bon marché. Par contre, je ne suis pas les tendances à la lettre car je déteste faire partie d'un groupe. Si tout le monde s'affiche avec des Converse, je n'en achèterai pas. Non pas par rébellion mais parce que j'estime que la mode uniformise trop. " Il nous livre ses meilleurs spots pour shopper." C'est LA boutique pour hommes par excellence. Un temple de l'habillement. Les prix sont un peu élevés mais les matières sont belles et qualitatives. On y trouve des grands classiques : chemises, costumes, cravates ", précise celui qui a également joué les modèles pour le dernier catalogue de cette institution bruxelloise. " C'était une expérience géniale, affirme-t-il. J'ai moi-même pu piocher quelques pièces dans la nouvelle collection. Ce costume à 10 000 euros m'allait comme un gant mais était clairement hors budget. " 415, avenue Louise, à 1050 Bruxelles. www.degand.be" Dans cette enseigne bruxelloise, l'offre pour hommes était assez limitée au début, mais cela s'est amélioré. Ici aussi, un manteau peut vite atteindre les 1 000 euros mais c'est un vrai plaisir de flâner dans cette grande boutique. " Sur 3 800 m2, l'adresse propose de la mode, des accessoires, du design et un corner beauté. Au dernier étage, s'est installé le restaurant Bowery. 650-652, chaussée de Louvain, à 1030 Bruxelles. www.smets.lu" Je sais généralement ce que je veux quand j'entre dans une boutique. Si je pense acheter un pull bleu, je me focalise là-dessus et je parviens à ne pas me laisser tenter par autre chose. J'adore faire du shopping avec ma soeur ou un pote. Mais quand je suis pressé, j'y vais seul. A Bruxelles, je trouve autant mon bonheur avec la sélection pointue et bien pensée de Hunting & Collecting qu'à la rue de Brabant. J'aime le mélange des genres. " 17, rue des Chartreux, à 1000 Bruxelles. www.huntingandcollecting.com " C'est l'une de mes adresses fétiches. Les vêtements sont classiques avec une touche contemporaine : des combinaisons de formes géométriques et asymétriques, des bijoux déstructurés, des manteaux trois-quarts... " Cet homme de style avoue posséder de nombreux costumes dont certains de créateurs. " Leur valeur varie entre 250 et 2 000 euros. La qualité est proportionnelle au prix. " 32, avenue Louise, à 1050 Bruxelles. www.cosstores.com/be " Lorsque je suis de passage à Anvers, j'en profite pour faire une halte ici. C'est moins classique, plus rock'n'roll. " De fait, on peut même y danser et le DJ de service apporte un vrai plus à l'endroit. Si Jean-Baptiste Fabbricatore fait attention à son look, il ne passe pas pour autant son temps à courir les magasins. " Je fais le plein de basiques deux fois par an, affirme-t-il. Quelques chemises, deux jeans, une veste. Le reste de l'année, il m'arrive d'acheter l'une ou l'autre chose dont j'ai spécifiquement besoin ou sur laquelle je tombe par hasard. Je ne suis pas un shopaholic. " 36, Kammenstraat, à 2000 Anvers. www.fishandchips.be" Quand je suis à l'étranger, j'aime flâner dans les enseignes multimarques. En Italie, il est facile de bien s'habiller à petit prix. Les coupes sont parfaites et les matières de qualité. Il y a aussi pas mal de chouettes adresses à Copenhague. Hors de Belgique, je suis plus attentif et je déniche des articles que je ne trouve pas chez nous... Mais il est vrai que Renaissance à Anvers possède une offre très large et une ambiance détendue comme je les aime. " Parmi les marques distribuées : Acne, une des préférées du fondateur d'e-TV. 28-32, Nationalestraat, à 2000 Anvers. www.renaissance-antwerp.com" Il m'arrive de ressortir des pièces de mon dressing après dix ans. Les tendances ne m'intéressent pas. C'est la raison pour laquelle j'aime cette marque qui se fiche de la mode. Ils ont un style classique contemporain et leur logo n'est jamais visible. Chose que j'apprécie car je n'ai pas envie de ressembler à un panneau de pub. " 30, rue de Charonne, à 75011 Paris. www.frenchtrotters.fr " Si vous cherchez des baskets branchées, Reservoir Shop est the place to be. J'en possède environ sept paires. J'aime expérimenter au niveau vestimentaire, combiner des pièces qui ne semblent a priori pas faites l'une pour l'autre. " 43a, rue Lesbroussart, à 1050 Bruxelles. www.rsrv.be " Certains articles sont moins chers sur Internet. Particulièrement les accessoires, les lunettes de soleil, les montres et les baskets. En ce qui concerne les vêtements, je préfère les essayer, même s'il m'est déjà arrivé d'acheter en ligne lorsque je connais ma taille dans certaines marques. A Paris, je me rends toujours au Bon Marché. C'est en quelque sorte le pendant de l'Inno, rue Neuve à Bruxelles. En plus exclusif, sans pour autant pratiquer des prix excessifs. " 24, rue de Sèvres, à 75007 Paris. www.lebonmarche.com " Les chaussures, c'est mon dada et je trouve l'offre plutôt limitée chez nous. La meilleure boutique bruxelloise pour hommes, selon moi, c'est Mr. Adam. Tous leurs modèles proviennent d'Italie. Regardez cette paire de bottes, je l'ai depuis sept ans et elle est encore en excellent état. Elle m'a coûté 120 euros à l'époque. Il y a bien quelques craquelures, mais pour le reste, elles sont nickel ! " 150, avenue Louise, à 1050 Bruxelles. www.mradam.shoesPAR STEVEN GRAAUWMANS