LE PLAY-BOY LES IMPRIMÉS LE BLOUSON LES RAYURES LES BRAS NUS LES COSTUMESPlay-boys, le retour
...

LE PLAY-BOY LES IMPRIMÉS LE BLOUSON LES RAYURES LES BRAS NUS LES COSTUMESPlay-boys, le retourLes play-boys de l'été 2001 aiment regarder les filles et n'hésitent pas à leur piquer quelques effets de SÉDUCTION pour mieux attirer leur regard. Faussement frivoles, ils jouent donc la carte de la COULEUR voyante, de l'AUDACE sexy et de la FRIME ostentatoire, entre glamour facile et machisme contrôlé. Ils paradent évidemment avec des maillots moulants, des peignoirs soyeux et surtout des CHEMISES bien OUVERTES, histoire de montrer leur TORSE bronzé mis en valeur par des chaînes en OR MASSIF et des petits FOULARDS audacieux. Nonchalants mais sûrs d'eux, ils se laissent volontiers pousser les cheveux et recourent à des artifices féminins comme les BRODERIES, les paillettes et les matières précieuses pour mieux s'imposer au coeur de la JET-SET ensoleillée.Imprimés à gogoLes indices économiques sont au beau fixe et un vent de FOLIE COLORÉE souffle donc sur la planète mode. L'homme n'est pas épargné et arbore fièrement une garde-robe CHATOYANTE où les imprimés d'inspiration VÉGÉTALE triomphent allègrement. Le minimalisme grisâtre est bel et bien enterré et l'EXPLOSION DE COULEURS s'impose désormais sur les podiums masculins entre les motifs GRAPHIQUES, les chemises batiks, les pantalons EXOTIQUES, les costumes fleuris et les tons TROPICAUX directement empruntés aux plus belles plumes d'oiseau. Bref, le mâle de l'été 2001 s'invite sans complexe à la FÊTE vestimentaire où tout est permis sous les feux de l'EXCENTRICITÉ.Mon p'tit blousonEntre classique, ludique et excentrique, le petit blouson de CUIR conquiert à nouveau les podiums de la mode masculine. Il se veut SIMPLE, COURT, DROIT et près du corps pour mieux mettre en valeur la CARRURE du mâle et s'illustre dans des tons qui vont du plus sobre au plus éclatant. De préférence ZIPPÉ, il se décline aussi en version boutons, pressions et Velcro, avec ou sans col. On le retrouve chez (presque) tous les créateurs milanais et parisiens, ce qui le place en position ENVIABLE dans le hit-parade des pièces INCONTOURNABLES de l'été 2001. Les play-boys en raffolent (surtout lorsqu'ils le portent ouvert à même la PEAU) et les plus sages aiment le substituer à leur veston.Comic stripAu coeur de la vague d'excentricité FESTIVE qui déferle sur les podiums masculins de l'été 2001, les RAYURES en tout genre ont aussi leur mot à dire. Fines ou ÉPAISSES, discrètes ou AGRESSIVES, bicolores ou MULTICOLORES, elles allongent la silhouette du mâle lorsqu'elles jouent sur la VERTICALITÉ et étirent sa carrure d'athlète lorsqu'elles prennent le pli de l'HORIZONTALITÉ. Audacieuses, elles n'hésitent pas à se mélanger entre elles dans les versions les plus osées et se marient volontiers aux CARREAUX (autre motif géométrique en vogue depuis le retour branché de Burberry) pour des COMBINAISONS graphiques encore plus spectaculaires. Les tons sobres et unis se sont éteints avec le XXe siècle, place à la FANTAISIE d'une ère résolument nouvelle!Bras d'honneurEst-ce dû au retour des play-boys sur les podiums de la mode masculine? Sans doute. Quoi qu'il en soit, les hommes de l'été 2001 n'ont apparemment plus peur de MONTRER leur torse, leurs jambes et leurs BRAS NUS dans la course à une certaine élégance. Avec ou sans muscles, le SANS-MANCHES triomphe et SE DÉCLINE généreusement en tee-shirts, chemises et débardeurs dans des motifs unis, rayés ou géométriques et des matières qui naviguent entre le coton, la laine et même la soie. Bref, sur la PLAGE comme dans la rue, le mâle ESTIVAL exhibe fièrement ses biscoteaux plus ou moins gonflés qui ALLONGENT sensiblement sa silhouette et lui redonnent enfin une ASSURANCE jadis oubliée.Un costume, oui mais...Valeur sûre de la garde-robe masculine, le COSTUME n'est évidemment pas absent des défilés de l'été 2001 même s'il joue davantage la carte de l'AUDACE et de la NONCHALANCE. Dans sa version la plus sage, il se porte volontiers dans des tons unis et laisse tomber la cravate au profit d'un FOULARD noué autour du cou ou d'une chemise ouverte sur un TORSE bronzé pour le play-boy magnifié. Dans un scénario plus excentrique, il laisse libre cours à une EXPLOSION de couleurs chatoyantes, d'IMPRIMÉS végétaux et de RAYURES épaisses sans pour autant renier les coupes classiques. Le gris semble définitivement proscrit. Vive l'OPTIMISME, la hardiesse et la DÉCONTRACTION!Pages réalisées par Frédéric Brébant