Vous a-t-on déjà pris pour quelqu'un d'autre ?

Pour Jean Paul Gaultier, alors que nous ne nous ressemblons guère ! Et lorsqu'on me dit, plus vaguement, qu'on a l'impression de m'avoir déjà vu quelque part, je réponds que je présente la météo sur la chaîne régionale.
...

Pour Jean Paul Gaultier, alors que nous ne nous ressemblons guère ! Et lorsqu'on me dit, plus vaguement, qu'on a l'impression de m'avoir déjà vu quelque part, je réponds que je présente la météo sur la chaîne régionale. La désinvolture et l'arrogance de beaucoup de journalistes des chaînes d'info. Les commentaires sur le jubilé de la reine Elisabeth II m'ont particulièrement mis à l'épreuve. Comme si nous étions, en France, les rois du goût, du bon sens et du style ! Je suis aussi très agacé par les enfants mal élevés dans les trains et les expressions toutes faites comme " pris en otage ", " une coupette " " bisoubisou " ou " que du bonheur ". Mon grand-père me fredonnait Une chanson douce d'Henri Salvador, et ma grand-mère, Le Petit Jésus s'en va-t-à l'école. Je m'en souviens encore : " En portant sa croix dessus ses épaules / Une pomme douce pour mettre à sa bouche / Un bouquet de fleurs pour mettre à son c£ur / C'est pour vous, c'est pour moi / Que Jésus est mort sur terre / C'est pour vous, c'est pour moi / Que Jésus est mort en croix... " La dernière fois, c'était en Karl Lagerfeld version Ancien Régime. " Quelle différence y a-t-il entre une femme et un tramway ou un TGV ? " ( NDLR : il a dessiné l'uniforme des agents de la SNCF en 2005 et designe le tramway de Montpellier depuis 2007). Ce à quoi je réplique : " Je me fais du souci pour la vie sensuelle de celui qui me pose la question. " M'épouser contre quelques vaches et quelques chèvres. C'était un admirateur africain qui pensait que j'étais le mannequin figurant sur les publicités de la Maison Lacroix, dans les années 90. L'exposition sur Arles et les Arlésiens à l'archevêché, lorsque j'étais directeur artistique de l'événement, en 2008. J'avais aussi choisi de mettre en avant l'£uvre de Lucien Clergue, notamment la série des années 50 des " charognes " ou celle des " saltimbanques ", qui représentent très bien la ville. Les Picasso d'Arles, musée Réattu, www.museereattu.arles.fr. Jusqu'au 30 décembre. ESTELLE LENARTOWICZON M'A DÉJÀ PRIS POUR JEAN PAUL GAULTIER.