Retrouvez Frédéric Brébant chaque lundi matin, vers 9 h 45, dans l'émission " Bonjour quand même ", de Jean-Pierre Hautier, sur La Première (RTBF radio).
...

Retrouvez Frédéric Brébant chaque lundi matin, vers 9 h 45, dans l'émission " Bonjour quand même ", de Jean-Pierre Hautier, sur La Première (RTBF radio).La même angoisse avait déjà gagné le petit monde de la télévision au début des années 1980. A l'époque, l'arrivée progressive des magnétoscopes dans les foyers allait, pensait-on, complètement bouleverser les habitudes cathodiques d'une majorité de téléspectateurs. Désormais, chacun pouvait, en effet, enregistrer les programmes de son choix pour les regarder à sa meilleure convenance en oubliant, au passage, les pubs et autres interludes. Panique à bord des chaînes de télé ! Dans les faits, la révolution se mua pourtant en un pétard mouillé. Certes, le zappeur disposait d'une nouvelle arme à son actif, mais les opérations se révélaient, en définitive, frustrantes et laborieuses : amoncellement de cassettes, rebobinages fastidieux, horaires non respectés par les chaînes, films enregistrés incomplets, etc. Soulagement chez les publicitaires. Vingt ans plus tard, les mêmes symptômes d'anxiété reviennent cependant de plus belle. Il est vrai que, cette fois, la révolution est toute proche et qu'elle a pour nom magnétoscope numérique. A priori, on a juste ajouté un petit adjectif à l'ancêtre, mais dans les faits, l'invention est beaucoup plus spectaculaire qu'on n'ose l'imaginer. Concrètement, le magnétoscope numérique est composé d'un disque dur et d'un graveur de DVD qui offre des opportunités incroyables au téléspectateur. Grâce à cette machine intelligente, on peut désormais enregistrer tel ou tel film, de la première à la dernière seconde, en évitant carrément les interruptions publicitaires ou autres. Et libre à chacun de le graver ensuite sur DVD s'il le souhaite ! Mieux : on peut également, grâce au disque dur, regarder une émission en léger différé avec tout le confort de vision que cela suppose. Exemple : vous pouvez prendre, dès le début, un match de foot qui a commencé depuis une heure à la télé (et qui passe donc toujours en direct), en évitant ainsi la mi-temps et en choisissant de revoir 5, 10 ou 15 fois chaque but marqué, et au ralenti si vous le voulez ! Pratique et, surtout, pas compliqué. Toujours plus fort : certains systèmes encore plus performants offrent déjà l'opportunité d'enregistrer aussi tous les épisodes d'une même série, quelle que soit la chaîne qui les diffuse ( www.tivo.com)! Une fois de plus, sans pub ni images parasites. Car, contrairement à son ancêtre mécanique, le magnétoscope numérique possède ce fameux disque dur qui se moque royalement de l'espace et du temps : un appareil de cette trempe peut non seulement stocker 140 heures de programmes dans sa mémoire, mais il identifie aussi instantanément l'émission désirée pour l'enregistrement, indépendamment du retard de diffusion sur la chaîne. Magique ! Gain de place et de temps assurés ; on oublie les films incomplets. Avec ce concept de " programmes décalés ", c'est pourtant toute l'industrie télévisuelle qui tremble. Une étude récente de l'institut américain Forrester Research ( www.forrester.com) démontre en effet que les propriétaires de magnétoscopes numériques aux Etats-Unis (5 % des foyers pour le moment) sucrent déjà la pub dans 92 % des cas ! Et c'est tout le paradoxe du système : cette machine censée apporter un nouveau confort de vision au téléspectateur risque, à terme, de tuer la télévision de papa ! Pour donner naissance à une nouvelle télé qui s'épanouirait aussi sur d'autres supports tels que la téléphonie mobile et les ordinateurs domestiques ? Le débat est déjà lancé et suscite évidemment des opinions divergentes. Il ne reste donc plus qu'à patienter pour voir. En attendant le verdict, la toute première série télé exclusivement réalisée pour les GSM nouvelle génération est déjà disponible au Japon ( www.eighties.jp). Décidément, on n'arrête pas le progrès... Frédéric Brébant