Ce 15 août, les Talibans faisaient leur entrée dans Kaboul, cellant le sort des Afghanes. Depuis, elles expriment tant que possible leur besoin de liberté, notamment au trave...

Ce 15 août, les Talibans faisaient leur entrée dans Kaboul, cellant le sort des Afghanes. Depuis, elles expriment tant que possible leur besoin de liberté, notamment au travers de leurs vêtements, et diffusent en ligne les costumes traditionnels châtoyants qu'elles sont désormais à nouveau forcées de dissimuler sous la burka. Comme l'instagrammeuse Lema Afzal: "Je veux montrer aux gens que nous sommes bien plus que des burkas. Je veux que la riche culture afghane continue à vivre de cette manière", disait-elle en août. Quelques semaines plus tard, plusieurs de ses paires postaient sur Twitter des photos d'elles portant des tenues éclatantes sous le hashtag #DontTouchMyClothes, une campagne lancée par la docteur en histoire Bahar Jalali. "Nous ne laisserons pas notre culture se faire approprier par ceux qui veulent nous effacer", déclarait-elle dans la foulée.