Il aura fallu le temps mais les Japonais ont fini par se défaire de l'étiquette d'experts du plagiat qui leur collait au dos. Depuis une bonne décennie, l'idée que le Japon déborde de créativité ne provoque plus de sourires entendus. En mode, en gastronomie, mais aussi évidemment dans le cinéma ou les nouvelles technologies, les sujets de sa majesté l'empereur Akihito ont fait souffler un vent nouveau et rafraîchissant comme une brise dévalant le mont Fuji. D'imitateurs hors pair, ils sont devenus bien souvent inspirateurs éclairés. Tokyo n'est-elle pas la Mecque de la mode avant-gardiste ?
...

Il aura fallu le temps mais les Japonais ont fini par se défaire de l'étiquette d'experts du plagiat qui leur collait au dos. Depuis une bonne décennie, l'idée que le Japon déborde de créativité ne provoque plus de sourires entendus. En mode, en gastronomie, mais aussi évidemment dans le cinéma ou les nouvelles technologies, les sujets de sa majesté l'empereur Akihito ont fait souffler un vent nouveau et rafraîchissant comme une brise dévalant le mont Fuji. D'imitateurs hors pair, ils sont devenus bien souvent inspirateurs éclairés. Tokyo n'est-elle pas la Mecque de la mode avant-gardiste ? En dehors de ces secteurs à haute valeur d'exportation, c'est sur un terrain plus local et plus ordinaire, celui de la grande consommation, que l'on prend toute la mesure de ce bouillonnement créatif qui irrigue la société japonaise. Encore faut-il y avoir accès. On ne va pas tous les jours faire ses courses à Tokyo. Qu'à cela ne tienne, Jean-Jacques Evrard, directeur de l'agence de design bruxelloise d/g*brussels Desgrippes-Gobé, s'en charge pour nous. Fasciné par ce pays, ses m£urs, son audace, son sens de l'accueil, il ne manque jamais de faire un détour par les konbinis lors de ses nombreuses visites au pays du Soleil-Levant. Ces petites superettes, croisement hybride de supermarché, restaurant, librairie, banque et agence de voyages, occupent une place centrale dans la vie des autochtones. Tel un archéologue, Jean-Jacques Evrard en ramène à chaque fois de nouveaux trésors. En septembre dernier, et pour la troisième fois en dix ans, il nous faisait partager ses dernières trouvailles lors d'une exposition intitulée " Shopping in Tokyo ". Packagings délirants ou interactifs, saveurs déconcertantes, design écologique ou nationaliste, sans oublier la valse des produits beauté et bien-être, les Japonais cultivent la fantaisie sous le vernis d'austérité. Voici un échantillon de ces produits ludiques " made in Japan " qui pourraient bien un jour se retrouver dans nos salles de bains ou dans nos frigos. O.K. Codé. Des codes-barres carrés fleurissent sur les emballages. On les prend en photo avec son téléphone portable et on est tout de suite connecté au site Internet de la marque. Sucré. Des sucettes joliment emballées. Pour les bambins ? Non, pour les toutous. Au Japon, les animaux domestiques sont particulièrement choyés. Salé. Des carottes, des haricots et des potirons conditionnés sous forme de snacks salés pour l'apéro. Santé ! Dans tous les sens du terme. Cuisiné. Il en faut pour tous les goûts. Les sels de bain, vous les préférez à la mangue et au pudding ou façon crêpe Suzette ? Doré. Un bain. Oui mais pas n'importe lequel. Avec des paillettes d'or pur aux vertus bénéfiques... Branché. Pour séduire les jeunes consommatrices, les fabricants ajoutent volontiers une petite touche glamour à leurs produits. Des petites bouteilles de soda se transforment ainsi en accessoires de mode. Torturé. Il faut parfois souffrir pour être belle. Pour effiler leur nez, les jeunes Japonaises n'hésitent pas à se le " pincer ". Aïe ! Raffiné. Hilton, drôle de nom pour une margarine... Pas au Japon, où les hôtels accueillent en général les mariages et jouissent d'une image très haut de gamme. Aéré. Envie d'une bonne bouffée d'oxygène ? Faute de la trouver en ville, on en respire une dose. Au choix : parfum menthe ou pamplemousse. Gonflé. Les jeunes filles rêvent de lèvres ourlées comme des vagues. L'industrie alimentaire a trouvé une solution indolore : un yaourt au... collagène. Chiffré. Chanel a son n° 5. Les Japonais ont leurs bières numérotées. Pour se différencier de la concurrence, rien de tel qu'un numéro. Pas simple en revanche pour les commandes : " Je voudrais quatre 33 de 318, s'il vous plaît. " Récuré. Café noir, chocolat noir et... Cotons-Tiges noirs. Le noir est à la mode. Ces Cotons-Tiges sont en outre équipés d'embouts aux formes différentes. Deux fois plus efficaces. Dopé. Ce ne sont pas des médicaments. Encore que. Car ces pilules en chocolat ne contiennent ni sucre, ni graisse, juste du magnésium et autres théobromines, tyramines et endorphines pour le cerveau. Une pharmacie à elles toutes seules... Teinté. Une gamme de colorants pour les cheveux. Rien d'exceptionnel, à part le bestiaire utilisé pour illustrer les différents coloris : noir gorille, beige lapin ou vert grenouille... L.R.