Situé au sud d'Amsterdam, dans un immeuble peu élevé construit dans la lignée des bâtiments du Néerlandais Hendrik Berlage (1856-1934), l'appartement de San Ming s'organise de façon assez simple. Plusieurs pièces de vie inondées de lumière rayonnent autour du hall d'entrée. Si le propriétaire n'a jamais modifié l'architecture du lieu, on ne peut pas en dire autant de la déco, qu'il se plaît à repenser d'année en année ! " Je vide alors complètement l'espace, confie-t-il avec enthousiasme. Durant un week-end, j'invite tout le monde et je mets l'ensemble en vente : mobilier, statues, vases et toiles. Après, je repars de zéro. Les murs sont repeints ou retapissés, d'autres meubles et oeuvres sont installés. Cela prend du temps, car naturellement, je fais tout moi-...

Situé au sud d'Amsterdam, dans un immeuble peu élevé construit dans la lignée des bâtiments du Néerlandais Hendrik Berlage (1856-1934), l'appartement de San Ming s'organise de façon assez simple. Plusieurs pièces de vie inondées de lumière rayonnent autour du hall d'entrée. Si le propriétaire n'a jamais modifié l'architecture du lieu, on ne peut pas en dire autant de la déco, qu'il se plaît à repenser d'année en année ! " Je vide alors complètement l'espace, confie-t-il avec enthousiasme. Durant un week-end, j'invite tout le monde et je mets l'ensemble en vente : mobilier, statues, vases et toiles. Après, je repars de zéro. Les murs sont repeints ou retapissés, d'autres meubles et oeuvres sont installés. Cela prend du temps, car naturellement, je fais tout moi-même. " Ce " stylemeister ", comme il se qualifie sur le Web (*), s'est taillé une réputation aux Pays-Bas en aménageant des hôtels et des bateaux. Il a également conçu plusieurs décors de théâtre et surtout travaillé en tant que styliste d'intérieur pour des magazines tels qu'Elegance, Avenue, Elsevier et Residence. Il a ainsi collaboré longtemps avec la célèbre photographe Miep Jukkema (1954-2012). Aujourd'hui, le concepteur se consacre presque entièrement à ses projets personnels de décoration. En parallèle, il réalise des tableaux et confectionne lui-même des objets. Au fil du temps, San Ming a développé un style original et personnel - " Mais je ne réfléchis pas trop, sinon cela devient problématique ", plaisante-t-il. Bien qu'à chaque réaménagement, il modifie complètement la composition, un fil rouge se dégage de ses interventions. Le créateur nourrit une grande admiration pour les artistes du mouvement De Stijl, actif au début du xxe siècle. Et de fait, on retrouve un peu de Piet Mondrian (1872-1944) ou de Theo van Doesburg (1883-1931) chez lui, mais aussi des éléments constructivistes du Bauhaus. Le Néerlandais avoue néanmoins trouver ce courant artistique un peu trop " calviniste, étriqué, sévère ". Voilà pourquoi, tout en louant leur talent, il ne prend pas ces artistes trop au sérieux : " C'est bien là le problème. Tous ces créateurs, à l'instar de Rem Koolhaas, se croient trop importants. L'architecture et le design prennent une dimension surnaturelle avec eux, mais il ne s'agit pourtant que de décor, non ? " Ce point de vue tranché témoigne à lui seul de la personnalité à part de San Ming. Les grandes lignes de son intérieur ont donc quelque chose d'épuré, certes, mais aussi une connotation orientale. Car dans l'art japonais ou chinois, l'austérité va de pair avec un goût pour l'ornementation. " La perfection est mortellement ennuyeuse ", soutient celui qui apprécie dès lors la fioriture et les couleurs. " On en a souvent peur, mais j'aime apporter une petite touche humoristique de cette façon. Ou alors, j'utilise le noir, qui est toujours efficace. Beaucoup de gens aiment les teintes ternes, mais ça, très peu pour moi. " L'art abstrait fait aussi partie des centres d'intérêt du maître des lieux, notamment l'oeuvre des Américains Franz Kline (1910-1962) et Robert Motherwell (1915-1991). Mais l'atypique décorateur n'est pas pour autant fou de culture. " J'aime visiter un musée, mais quand il n'y a pas trop de monde. Même chose pour les villes. Je préfère les petites aux grandes métropoles telles que New York ou Paris. J'en ai arpenté, bien sûr, mais aujourd'hui, je passe plutôt mon temps dans la nature de Majorque. J'y loue une villa des années 60. Les paysages sont tout bonnement splendides ! " (*) www.stylemeister.comPAR PIET SWIMBERGHE / PHOTOS : JAN VERLINDE" TOUS CES CRÉATEURS, À L'INSTAR DE REM KOOLHAAS, SE CROIENT TROP IMPORTANTS. L'ARCHITECTURE PREND UNE DIMENSION SURNATURELLE AVEC EUX. " " ON A SOUVENT PEUR DES FIORITURES ET DES COULEURS, MAIS J'AIME APPORTER UNE PETITE TOUCHE HUMORISTIQUE DE CETTE FAÇON. "