Avec ses longues et élégantes avenues, Buenos Aires est parfois présentée comme le " Paris latino-américain ". Si la ville, jadis, fut l'une des cités les plus opulentes du monde, plusieurs décennies d'immigration européenne ont fait croître sa classe moyenne, tandis que des crises économiques récurrentes ont commencé à malmener l'Argentine dès les années 50. Plus récemment, Cristina Kirchner, à la tête du pays de 2007 à 2015, a mis sur les rails une offre culturelle gratuite, tout en menant une politique extrêmement protectionniste vis-à-vis des importations depuis le Vieux Continent. Cette mesure a forcé les Argentins à faire preuve d'inventivité dans leur vie de tous les jours. Ainsi, les Porteños - surnom donné aux habitants de la capitale - luttent contre l'air du temps en adoptant une attitude résolument... positive. Fini, les bières venues d'ailleurs ? On en produira sur place ! Très en vogue, les cervezas artesanales se rencontrent dans des bars comme la Cerveceria Nacional et On Tap. Cette fabrication artisanale est devenue un art de vivre qui attire à la fois les locaux et les étrangers dans la métropole. Les petites boutiques y fourmillent, tandis que les enseignes plus prestigieuses tirent leur épingle du jeu. Exemple ? La créatrice de mode argentine Paula Selby Avellaneda, diplômée de l'Académie d'Anvers, a ouvert là-bas sa Vittorita Vintage Boutique, tout en lançant son label House of Matching Colours.
...

Avec ses longues et élégantes avenues, Buenos Aires est parfois présentée comme le " Paris latino-américain ". Si la ville, jadis, fut l'une des cités les plus opulentes du monde, plusieurs décennies d'immigration européenne ont fait croître sa classe moyenne, tandis que des crises économiques récurrentes ont commencé à malmener l'Argentine dès les années 50. Plus récemment, Cristina Kirchner, à la tête du pays de 2007 à 2015, a mis sur les rails une offre culturelle gratuite, tout en menant une politique extrêmement protectionniste vis-à-vis des importations depuis le Vieux Continent. Cette mesure a forcé les Argentins à faire preuve d'inventivité dans leur vie de tous les jours. Ainsi, les Porteños - surnom donné aux habitants de la capitale - luttent contre l'air du temps en adoptant une attitude résolument... positive. Fini, les bières venues d'ailleurs ? On en produira sur place ! Très en vogue, les cervezas artesanales se rencontrent dans des bars comme la Cerveceria Nacional et On Tap. Cette fabrication artisanale est devenue un art de vivre qui attire à la fois les locaux et les étrangers dans la métropole. Les petites boutiques y fourmillent, tandis que les enseignes plus prestigieuses tirent leur épingle du jeu. Exemple ? La créatrice de mode argentine Paula Selby Avellaneda, diplômée de l'Académie d'Anvers, a ouvert là-bas sa Vittorita Vintage Boutique, tout en lançant son label House of Matching Colours. Buenos Aires est également un creuset de nouveaux concepts culinaires. Il ne se passe pas un mois sans que n'apparaissent de nouveaux restos pop-up proposant une cuisine de niche hautement spécialisée. Envie de manger vénézuélien, cajun, asiatique ou, tout simplement, un steak argentin bien juteux ? Il y en a pour tous les goûts. Même les indécis se régaleront : les plats " fusion " - mêlant influences péruviennes et japonaises, par exemple - sont très populaires. Autre tendance : les adresses " porte close " qui, comme leur nom le suggère, ne se dégottent pas par hasard. Certaines accueillent les clients directement dans la salle à manger privée du chef, d'autres dans un cadre digne d'un 3-étoiles, voire à une grande table d'hôtes... Toutes offrent une expérience culinaire sensationnelle, escortée de vins gouleyants. Dans la même veine, Buenos Aires possède aussi de nombreux bars à cocktails installés dans des lieux bien cachés, dont certains ne sont accessibles qu'avec un mot de passe ou une carte de membre. Un phénomène dont l'origine remonte aux années 50 et 60, lorsque certains barmans du cru étaient de véritables stars. Aujourd'hui, depuis que les long drinks sont revenus à la mode à New York, les Porteños en raffolent. Une ville qui bouge ? Aucun doute là-dessus. Outre ses adresses design, ses cafés branchés et ses bars aux allures clandestines, la cité natale de l'écrivain et poète Jorge Luis Borges ne manque pas de charme. De l'ancien quartier animé de San Telmo au théâtre Colon (le plus bel opéra d'Amérique du Sud, dit-on), en passant par les maisons colorées de La Boca ou la place Carlos Pellegrini, il règne une atmosphère à la fois chaude et bohème. Depuis peu, les vélos y circulent avec de plus en plus de liberté - et de sécurité -, l'actuel président du pays, Mauricio Macri, s'étant inspiré d'Amsterdam et Copenhague. Ainsi, cent cinquante kilomètres de pistes cyclables ont été aménagés en cinq ans. A côté de cela, la manière dont les artistes le décorent confère au tissu urbain un cachet singulier. Après la crise de 2001, les graffeurs ont ainsi gagné en popularité, tapissant les murs de leurs messages et de leurs oeuvres géantes. Du quartier Martinez (dans le nord) à Barracas (au sud), c'est une immense toile à ciel ouvert qui continue à prendre forme sous les bombes à couleurs d'artistes d'ici et d'ailleurs. En théorie, c'est puni par la loi. Mais les autorités ont mieux à faire, et les habitants - qui voient là un reflet de leurs colères ou de leurs frustrations politiques - ne se plaignent guère. BIKE & COFFEE Un resto aussi accueillant que gourmand tout au nord de la ville, idéalement situé le long de la plage de Perú Beach, à quelques pas du magnifique parc naturel Reserva Ribera Norte. Possibilités de faire de la planche à voile et du kitesurf à proximité. Juan Diaz de Solis 736, Martinez. LE MUSÉE D'ART LATINO-AMÉRICAIN MALBA Une étape incontournable pour les amateurs d'art. Au premier étage, la collection permanente présente la fleur des artistes latino-américains du XXe siècle, dont Antonio Berni et Frida Kahlo. Des expos temporaires mettent régulièrement à l'honneur de grands noms modernes ou contemporains. Le Malba possède également son propre cinéma, un café ouvert jusqu'à minuit et une excellente librairie. Avenida Figueroa Alcorta 3415. malba.org.ar LA CRESTA L'une des adresses préférées des Porteños, dans le quartier du tango qui a vu naître le compositeur Carlos Gardel. La maison propose une excellente sélection de wraps et de hamburgers fraîchement préparés. Bulnes 829, Almagro. LA CASA CAVIA Nouvelle institution à la mode dans le quartier de Palermo Chico, ce concept store abrite restaurant, café, bar, jardin, librairie et fleuriste dans un immeuble Art déco de 1927 dessiné par Alejandro Christophersen, l'un des plus grands architectes argentins. Cavia 2985. casacavia.com CAMPING BUENOS AIRES Avec ses bougies, ses tables en bois, ses bières artisanales, ses DJ aux platines et sa vue sur la Plaza Francia, le toit-terrasse du Buenos Aires Design est une adresse très prisée pour se détendre après le boulot. Recommandé lors des chaudes soirées d'été. Avenida Pueyrredon 2501. Campingba.com LA MAR CEBICHERÍA Le restaurant nippo-péruvien de Gaston Acurio, l'homme qui a fait connaître à l'Europe le quinoa et le ceviche. Un must pour les amateurs de poisson cru ! Arevalo 2024, Palermo Hollywood. Lamarcebicheria.com.ar LE CAFÉ LATTENTE Une enseigne qui sent bon, proposant du café colombien de toute première qualité - cela mérite d'être signalé, cette boisson étant malheureusement loin d'être toujours exceptionnelle ici, en dépit de sa place dans la culture locale. Thames 1891, Palermo. cafelattente.com DAIN USINA CULTURAL Avec son stock d'environ 20 000 livres sur une superficie de 150 m2, Dain Usina Cultural n'est pas qu'une simple librairie : installé sur un coin dans une bâtisse coloniale du quartier branché de Palermo Soho, c'est aussi un lieu de rencontres bien connu des artistes et créateurs de tous poils. Nicaragua 4899. Dainusinacultural.com LA CARNICERÍA Un eldorado pour les amateurs de viande, qui pourront y découvrir la crème du barbecue argentin dans un cadre contemporain. Réservation conseillée. Thames 2317. LA RESERVA ECOLÓGICA COSTANERA SUR Plus grand parc naturel de Buenos Aires (350 hectares), ce petit bout de terrain à l'est du Puerto Madero (le quartier le plus moderne de la ville, le long du Rio de la Plata) était initialement une zone destinée au développement urbain. Les tentatives d'assèchement des terres ayant accidentellement donné naissance à de grandes lagunes, il fut converti en une réserve naturelle de toute beauté. Avenida Dr. Tristán Achával Rodríguez 1550. LE CENTRE CULTUREL NESTOR KIRCHNER Ancien bureau de poste restauré et baptisé en l'honneur de l'ex-président, l'adresse accueille les genres musicaux les plus divers, du jazz à la musique traditionnelle en passant par le classique et le contemporain. Un acteur majeur dans la vie artistique locale et le plus important centre culturel d'Amérique latine. Sarmiento 151, Montserrat. Culturalkirchner. gob.ar LA FLORERÍA ATLÁNTICO En poussant la porte de ce fleuriste, il faut absolument demander à pouvoir accéder au... bar. On se retrouve alors en sous-sol, en compagnie de Porteños branchés et d'une sélection de cocktails incomparable ! Arroyo 872, Retiro. Floreriaatlantico.com.ar EL CARAMÍN DE LAS MUSAS Théâtre alternatif très fréquenté, El Camarín est un choix sans risque, même quand on n'y connaît pas grand-chose en arts de la scène. Programmation de haut niveau dans une ambiance intimiste. Maria Bravo 960, Almagro. elcamarindelasmusas.com HIERBABUENA Restaurant spécialisé dans les smoothies frais, les poissons et autres plats végétariens. Une oasis de calme sur la belle avenue Caseros, avec une clientèle " hippie chic ". Avenida Caseros 454, San Telmo. Hierbabuena.com.ar L'USINA DEL ARTE L'art et la culture fleurissent à l'ombre du stade de football des Boca Juniors, dans cette ancienne centrale électrique en style florentin construite en 1916 et entièrement rénovée. Visite guidée gratuite. Av. Don Pedro de Mendoza 501, La Boca. Usinadelarte.org TABLES ARGENTINES Une adresse qui vaut le détour : l'excellent Aramburu Bis du grand chef argentin Gonzalo Aramburu. Cuisine moderne, agrémentée d'une luxueuse carte des vins. Humberto Primo, 1207. Aramburubis.com.ar PAR DAVID D'HONDT