Carnet d'adresses en page 60.
...

Carnet d'adresses en page 60.Vivre à New York peut facilement donner l'impression de partager l'univers des riches et célèbres. Croiser par hasard Donald Trump sans cravate en fin de journée discutant avec l'employé passant la cireuse sur le sol en marbre rose de sa tour de la 5e Avenue, Uma Thurman en mère de famille à la sortie d'une école de l'East Side, ou Calvin Klein en train d'avaler un hamburger chez Florent dans le très branché Meatpacking District, est monnaie courante dans une ville au spectacle permanent. Or, tout récemment, le mode de vie extrême et les petits tracas de nos amis les stars nous ont été reflétés, non pas par la presse à potins, mais à travers les façades transparentes de deux prestigieuses tours de verre, nouveaux joyaux du " skyline " new-yorkais. Il existe peu de réalisations contemporaines dans le parc des habitations à Manhattan. C'est certainement pourquoi tout le gratin branché de New York s'est bousculé devant les plans du célèbre architecte américain Richard Meier, auteur par ailleurs du Getty Museum de Los Angeles et du musée d'Art moderne de Barcelone. Le titulaire du prestigieux prix d'architecture Pritzer Prize signe là une de ses rares réalisations pour des immeubles de logement. Les deux structures cristallines de 15 étages, reposant sur un unique mur portant, étaient considérées comme une première pour New York City. Les prix se sont envolés à mesure que les échafaudages s'élevaient aux numéros 173 û 176 Perry Street, en bordure de Greenwich Village, le long de la rivière Hudson. Les 28 appartements sont partis pour la bagatelle de 2 à 8 millions de dollars (de 1 534 800 à 6 139 000 millions d'euros) chacun, une somme normalement plus appropriée à Park Avenue qu'au Village. Le créateur de mode Calvin Klein a été le premier à se jeter sur " l'affaire ". Il s'est même payé le luxe d'un survol du site en hélicoptère avec l'architecte avant le début des travaux, pour évaluer la vue offerte depuis le salon de son futur penthouse de trois étages. Depuis, il a fait aménager une salle de projection high-tech et un complexe de fitness, investissant environ 20 millions de dollars (15 348 000 euros) dans son nouveau " nid " new-yorkais. Sa voisine du dessous n'est autre que l'actrice Nicole Kidman, qui a payé 8 millions de dollars pour un appartement " nu ". Les autres résidents de la tour sud comprennent le fondateur de Sun Microsystems Bill Joy, le chef français Jean-Georges Vongerichten et l'acteur Hugh Jackman, héros de la saga " X-Men ". Dans la tour nord, plus étroite, sont installés, entre autres, la diva de l'art de vivre du petit écran Martha Stewart, et le comédien et réalisateur français à l'instinct rebelle Vincent Gallo. L'attrait principal du projet, mis à part sa signature célèbre, tenait indéniablement à la vue. Les deux tours surplombent la rivière et trois façades sur quatre sont entièrement transparentes. La liberté laissée au regard est sans contrainte. La jonction invisible entre intérieur et extérieur offre, aux occupants des lieux, la délicieuse sensation de flotter sur l'eau depuis leur salon. Au nord se profile la flèche de l'Empire State Building. En se tournant vers le Sud, on aperçoit la statue de la Liberté. Le coucher de soleil embrase la rivière à l'Ouest. Mais il ne faut pas croire que vivre dans un palais de glace soit une sinécure, même pour l'élite de Manhattan. " Où vais-je suspendre mes £uvres d'art en l'absence de mur ?" s'interrogeait une amatrice de belles toiles. " Est-ce que je ne risque pas un cancer de la peau avec tant de surface vitrée ?" s'est inquiété un autre résident. Paul Sinclair, un ami de Calvin Klein, a été le premier à emménager dans l'immeuble prometteur, mais qui s'est révélé être une gageure. L'hiver venu, il s'est aperçu que les constructeurs avaient oublié de poser l'isolation. " Il faisait tellement froid que je ne pouvais même pas sortir du lit ", raconte-t-il. Au printemps, un des heureux propriétaires était tranquillement en train de siroter un café, pensif alors que tombait une averse torrentielle, quand il s'est aperçu horrifié que l'eau ruisselait à l'intérieur du vitrage ! Quant au balcon de Martha Stewart, il a été complètement inondé par la même averse. Un peu plus tard, les sélects acquéreurs ont vu leur enthousiasme dégringoler de plusieurs étages, en réalisant que la plomberie des appartements était scellée dans le béton. Impossible de déplacer un évier ou un bidet sans forer dans le plafond du voisin du dessous ! Lorsque Michael Jackson, patron britannique de Universal Television et ancien directeur de Channel Four, a demandé la permission d'effectuer des travaux dans sa salle de bains, Vincent Gallo, dont l'appartement venait d'être décoré, refusa catégoriquement. Quant à Calvin Klein, il aurait insisté pour que le concierge soit armé et que le personnel porte des costumes griffés. Vincent Gallo s'y est carrément opposé : " Je ne tolère pas que Calvin veuille du personnel armé, et qu'en plus je sois censé payer pour cela ", s'insurge-t-il. Les autres complaintes paraissent plus futiles. Rita Schrager, l'ex-épouse du magna new-yorkais de l'hôtellerie Ian Schrager, a été montrée du doigt car elle avait suspendu des rideaux devant ses baies vitrées, " dénaturant " l'apparence uniforme et minimaliste de la façade. C'en était assez pour que même le plus humble des acquéreurs commence à se plaindre. " Vous n'avez pas idée de ce qui se passe dans ces immeubles, confie encore Vincent Gallo. C'est un microcosme de tout ce qui existe de plus noir chez l'être humain : une beauté architecturale des plus pures, massacrée par l'égoïsme, l'envie, et le scandale." Mais le pire était encore à venir. Un matin, les résidents se sont réveillés au son harmonieux des marteaux piqueurs. A leur plus total désespoir, ils découvrent alors qu'une troisième tour va être érigée sur la parcelle sud adjacente. Au bord de la crise de nerf, ils sont informés que Meier lui-même a conçu là une tour plus haute, plus transparente et plus ambitieuse que la leur. " Si quelqu'un doit le faire, autant que ce soit moi ", se défend l'architecte. " Vous achetez un Picasso parce qu'il est unique. Si vous découvrez qu'il va être dupliqué, il n'a plus d'intérêt ", s'est indigné un des résidents, accusant Meier de les avoir trahis. Les 31 appartements du 165 Charles Street, ne devraient pas être terminés avant le printemps 2005, mais de nombreux intéressés sont déjà sur liste d'attente. Les prix varient entre 1,15 million de dollars (882 510 euros) pour un studio et caracolent à 18,5 millions de dollars (14 196 920 euros) pour le duplex penthouse. Les images de synthèse de cette toute nouvelle adresse de prestige volent la vedette aux deux immeubles voisins dans les plus grands magazines de design. Calvin Klein, Nicole Kidman et les autres, qui avaient tant misé sur l'exclusivité de la leur, en ont presque perdu le sommeil. D'autant plus que la " petite dernière " aura bien des atouts. Le célèbre architecte va cette fois-ci imaginer l'espace intérieur de chaque unité, faisant dire à son promoteur immobilier qu'il s'agit d'une " série limitée " d'appartements. Les cuisines seront griffées Surell et l'électroménager sera fourni par Subzero et Gaggeneau. Les plafonds seront plus élevés tandis que les garde-corps des balcons seront transparents pour mieux laisser filtrer le regard. Chaque appartement bénéficiera, en outre, d'une cave à vins d'une capacité de 360 bouteilles, et il y aura une piscine, avec cascade, sur le toit. Comble de l'ironie, tout le concept de façades transparentes et de vue circulaire développé par Meier pour ses deux premiers buildings tombe soudainement à l'eau, et en partie par sa faute. Une fois la troisième tour construite, nos célébrités n'auront plus qu'à dire adieu à leur panorama de plusieurs millions de dollars, ou à emménager un bloc plus loin ! Elodie Perrodil