QUI ?

C'est une figure importante, même si pas assez connue, des arts plastiques belges à laquelle le BPS22 a décidé de rendre hommage avec beaucoup d'à-propos. Né à Gerpinnes en 1935, Gabriel Belgeonne est tout à la fois graveur (eau-forte, bois, lithographie), peintre, auteur de cartons de tapisseries et de vitraux. L'homme s'est aussi mêlé d'architecture et est à la base des éditions Tandem réputées pour leurs livres d'artistes particulièrement soignés. Son parcours a été influencé par la personnalité de Gustave Marchoul, remarquable graveur disparu en 2015. C'est d'ailleurs à la suite de cette rencontre déterminante pour son oeuvre que Belgeonne s'est consacré pendant deux décennies, de manière exclusive, à cette discipline soufflée par le maître liégeois né en 1924. Le tout imprégné d'un goût certain pour l'abstraction lyrique. Au début des années 80, le plasticien hennuyer remettra le pied à l'étrier de la peinture, une pratique qui, chacun s'accorde à le dire, lui " ouvrira des nouveaux champs de possibilités formelles ".

QUOI ?

(Sans titre) présente une septantaine de pièces, des premières recherches aux tableaux récents, allant de la gravure au dessin, de la peinture à l'édition, retraçant ainsi cinquante années de carrière de l'artiste. Une rétrospective ? Pas véritablement, le propos se voulant plus libre et guidé sur l'aspect de " recherche permanente d'un équilibre ", un axe décisif de l'oeuvre de l'intéressé.

POURQUOI ?

Pour faire la connaissance d'un travail empreint de lyrisme et d'un homme soucieux d'échanger avec ses pairs. Programmée parallèlement, il ne faut pas rater l'exposition Une expérience collective de Suspended Spaces, une structure composée d'artistes et de chercheurs qui ont mis le déplacement, géographique et symbolique, au centre de leur activité.

(Sans titre), Gabriel Belgeonne, BPS22, 22, boulevard Solvay, à 6000 Charleroi. www.bps22. be Jusqu'au 2 septembre prochain.