Son nom vous est inconnu ? Pierre Favresse est depuis 2011 le directeur artistique de Habitat, la chaîne de magasins d'ameublement et de décoration fondée en 1964 par Terence Conran. " A mon âge, c'est une chance ", dit-il. A 34 ans, cet élégant Parisien, beau gosse aux sourcils charbonneux et aux yeux de velours, fait preuve de modestie et de calme. Le défi a pourtant de quoi filer des sueurs froides et pas seulement parce que le Français succède au Britannique Tom Dixon, grande pointure du design.
...

Son nom vous est inconnu ? Pierre Favresse est depuis 2011 le directeur artistique de Habitat, la chaîne de magasins d'ameublement et de décoration fondée en 1964 par Terence Conran. " A mon âge, c'est une chance ", dit-il. A 34 ans, cet élégant Parisien, beau gosse aux sourcils charbonneux et aux yeux de velours, fait preuve de modestie et de calme. Le défi a pourtant de quoi filer des sueurs froides et pas seulement parce que le Français succède au Britannique Tom Dixon, grande pointure du design. La société qui l'emploie, et pèse en Europe 145 millions d'euros de chiffre d'affaires, est à un tournant de son histoire. La marque fête cette année ses 50 ans et veut reconquérir son public. A tout prix. Car Habitat, qui était une référence en matière de tendances pour les jeunes urbains, a perdu au fil des années de son influence et de ses parts de marché. Est-ce le rachat par Ikea il y a 20 ans qui a fini par brouiller les cartes en privant la griffe de son statut premium ? Quoi qu'il en soit, en passant en 2011 sous pavillon français, la firme a décidé de changer de cap pour stopper l'hémorragie. D'où la nomination de son poulain chargé de renouveler le catalogue maison à l'exception du Royaume-Uni où Habitat conserve son autonomie. Mais pourquoi lui ? Sa connaissance pointue de l'artisanat y est certainement pour quelque chose. Pierre Favresse a étudié cinq ans l'ébénisterie et une année de plus la marqueterie à la fameuse école Boulle, haut lieu d'instruction des métiers d'art à l'ancienne. En bleu de travail, on y apprend avec humilité à canner, à cheviller, à enchâsser. Il rejoint ensuite les Arts décoratifs, section design mobilier, puis intègre l'équipe du designer Mathieu Lehanneur avant de fonder en 2010 son propre studio. Doué, convaincant, il décroche des bourses et collectionne les récompenses dans la catégorie jeunes talents. L'éditeur Cinna craque pour sa lampe projecteur Pharo (2011) à mi-chemin entre le luminaire domestique et l'outil. Sa personnalité, volontaire mais discrète, et son pragmatisme qui s'inscrit à rebours des designers conceptuels séduisent les chasseurs de tête de la firme qui veulent privilégier une forme d'authenticité. " Mes premiers amours que sont le bois et les matières naturelles ont certainement modelé la manière dont je travaille, observe le concepteur. Pour Habitat, il s'agit de revenir à l'ADN, de renouer avec des produits abordables, élégants et au design bien placé. Quand je suis arrivé, les collections étaient au point mort. " Pour apporter ce sang neuf, le directeur de la création opère avec une équipe de huit designers intégrés et des aides extérieures. Les partenariats sont parfois inattendus. Comme ce travail en commun avec des maisons d'édition indépendantes et amies, baptisées La Chance, Petite Friture ou Super-ette ; autant de fabricants nouvelle génération arrivés sur la scène du mobilier grâce à Internet. " Le design, c'est aussi une envie de rencontres et de partages ", souligne le trentenaire. Seul, en binôme ou en équipe, dans l'ombre ou à l'avant-poste, il pratique le mix des matières qu'il voit comme une tendance de fond de son domaine. " C'est par là qu'arriveront les nouveautés ", jure-t-il. Il prend de toute évidence plaisir à juxtaposer les différents " ingrédients ", comme le verre soufflé et l'aluminium (l'horloge Jean), le métal et le liège (la lampe Tidelight), l'acier et le bois (l'enceinte Bluetooth Timber), le marbre et le bois massif (la table Magnum). Avec Thierry Marx, le chef multi-étoilé, il a lancé pour la rentrée une collection d'ustensiles de cuisine japonisants épurés mais sensuels, chics et accessibles, dans le droit fil de ce design voulu par Conran. Un futur best-seller ? PAR ANTOINE MORENO" Le bois et les matières naturelles ont modelé la manière dont je travaille. "