Les sixties : " Up " de Gaetano Pesce

C&B voit le jour en pleine explosion de la culture pop et de la société de consommation. La volonté de ses fondateurs de produire du design de qualité sur un mode industriel répond-elle aux nouvelles exigences de la culture de masse ? On peut se poser la question. Une chose est certaine : la boîte travaille durant ses premières années d'existence avec la crème des designers italiens adeptes du plastique, des couleurs psyché et des formes sensuelles. Bref, les audacieux de l'époque : Joe Colombo, Marco Zanuso ou encore Gaetano Pesce. En 1969, ce dernier signe la première série de " Up " qui sera rééditée de nombreuses fois - la dernière édition datant de 2006. Ce fauteuil en mousse de polyuréthane recouverte de jersey fait sensation. " Il s'agit de la grande nouveauté proposée par C&B au Salon du meuble de Milan en 1969, note l'historienne du design Anne Bonny. Son impact conceptuel est fort, et l'innovation technologique sensationnelle. Le siège est vendu sous vide, à plat. Il suffit d'ouvrir le carton, et le siège en mousse de polyuréthane alvéolaire garni de tissu en viscose, nylon et lycra mélangé reprend doucement son volume. " Objet des recherc...

C&B voit le jour en pleine explosion de la culture pop et de la société de consommation. La volonté de ses fondateurs de produire du design de qualité sur un mode industriel répond-elle aux nouvelles exigences de la culture de masse ? On peut se poser la question. Une chose est certaine : la boîte travaille durant ses premières années d'existence avec la crème des designers italiens adeptes du plastique, des couleurs psyché et des formes sensuelles. Bref, les audacieux de l'époque : Joe Colombo, Marco Zanuso ou encore Gaetano Pesce. En 1969, ce dernier signe la première série de " Up " qui sera rééditée de nombreuses fois - la dernière édition datant de 2006. Ce fauteuil en mousse de polyuréthane recouverte de jersey fait sensation. " Il s'agit de la grande nouveauté proposée par C&B au Salon du meuble de Milan en 1969, note l'historienne du design Anne Bonny. Son impact conceptuel est fort, et l'innovation technologique sensationnelle. Le siège est vendu sous vide, à plat. Il suffit d'ouvrir le carton, et le siège en mousse de polyuréthane alvéolaire garni de tissu en viscose, nylon et lycra mélangé reprend doucement son volume. " Objet des recherches techniques sur lesquelles B&B axait presque toutes ses premières campagnes publicitaires (photos noir et blanc de machines en état de marche, d'usines flambant neuves...), " Up " condense à merveille le mantra initial de la marque : le progrès technologique pour servir la nouveauté formelle. Peu de temps avant que C&B ne devienne B&B, Mario Bellini crée en 1972 une des pièces les plus connues et les plus vendues de la marque : " Le Bambole ". Un modèle de fauteuil à structure somme toute banal mais recouvert de tous les côtés par des gros coussins. Idéal pour se " vautrer " dans la nonchalance avec style. Si le Bambole est aujourd'hui devenu un mégaclassique, il transpirait à l'époque une certaine forme de contestation de la société bien-pensante. " Une petite révolution ", analyse aujourd'hui Bellini. Le Bambole reflète son temps dans tous ses aspects, aussi bien techniques qu'esthétiques. Regardez le bien, regardez ces campagnes de publicité, ces photos délicieusement scandaleuses d'Olivier Toscani avec Dona Jordan, l'égérie de Warhol : vous revivez les années 1970 ! Mais " le Bambole " les dépasse aujourd'hui : après des années, c'est surprenant, il dégage encore de la magie. Je trouve qu'il est encore très contemporain. " Ce n'est donc pas un hasard si B&B vient de proposer au designer de les rééditer avec une fidélité extrême aux modèles originaux. On touche ici à une des forces de B&B : leurs classiques traversent les décennies. D'autant plus aujourd'hui, à l'heure où les pièces de cette trempe datées 1960, 1970, voire 1980 sont de plus en plus recherchées. Quand on pense années 1980, on pense forcément cocooning. C'est devenu un réflexe. Là encore B&B est sur la balle. Le fauteuil Sity d'Antonio Citterio ou Alanda de Paolo Piva accompagnent bien cette tendance eighties à se calfeutrer. " Alanda " fait " l'apologie des petits conforts quotidiens " peut-on lire dans " B&B, Un'industria per il design " (éd. Lybra Immagine). Reflet d'un souci croissant du corps, ce fauteuil s'adapte à toutes les positions grâce à ses éléments ajustables. Accoudoirs, dos... tout est fait pour " rencontrer au mieux les besoins individuels de chacun ", lit-on encore. Pour B&B, les années yuppies marquent par ailleurs la consécration de son succès. En plus de sa réputation grandissante dans les foyers les plus luxueux, la marque est de plus en plus présente dans les lieux publics tels que bateaux de croisière, lounges VIP d'aéroports, hôtels étoilés, boutiques chics. En 1989, la récompense suprême vient sanctionner l'excellence. Pour son " constant souci de conjuguer la recherche technologique et scientifique avec la fonctionnalité et l'expressivité des objets ", B&B reçoit le Compasso d'Oro, le prix le plus prestigieux du design italien. Les années 1990 imposent le règne de la sobriété et du minimalisme. Avec sa structure linéaire adoucie par ses larges assises, son dos court, ses pieds métalliques fins et bas, le sofa " Charles " signé Antonio Citterio est un symbole des années strictes. Une esthétique toute proche de nous qui, malgré le succès des couleurs et le retour du baroque, séduit encore aujourd'hui. Son créateur en premier lieu. " "Charles" est une de mes meilleures pièces, estime Citterio. Pour la simplicité de sa structure et de sa ligne. " En 1993, le même Antonio Citterio sera désigné pour gérer entièrement la marque Maxalto, ligne très dynamique de B&B qui se concentre sur le mobilier en bois précieux. Le nouveau millénaire inaugure pas mal de mouvements chez B&B. La famille Busnelli n'est plus le propriétaire majoritaire : depuis 2002, 51 % de la marque est aux mains de la société d'investissement Opéra (groupe Bulgari). Et puis, on l'a dit, l'expansion passe par l'ouverture d'un réseau de magasins propres, l'achat de 50 % de Moooi, l'accueil de designers non italiens. Parmi eux, la très talentueuse Espagnole Patricia Urquiola fait déjà figure de référence. Ses fauteuils " Tufty Time " s'inscrivent bien dans la ligne actuelle de B&B : une tradition classique et intemporelle de l'élégance adaptée aux nouveaux besoins. De ces fauteuils flexibles alliant rondeur et rigueur elle dit : " "Tufty Time" se veut un lieu de rencontre personnalisable, relaxant, confortable ". Une ode au nesting ? Les propos de Patricia Urquiola s'en approchent : " "Tufty Time" reflète une nouvelle ergonomie, un besoin de modularité qui est nécessaire dans nos habitudes aujourd'hui. Un sofa n'est plus uniquement destiné à s'asseoir. Il doit remplir différentes fonctions, sociales et privées. Il doit s'adapter à cela tout en donnant le même plaisir, visuel et tactil. " S'adapter dans la continuité. Tout est dit.