Votre huitième album traduit-il votre état d'esprit actuel, à la fois désabusé et plus sage ?

Je ne suis pas désabusée. J'ai juste plus de recul sur la relation amoureuse. Je lutte farouchement contre l'embourgeoisement des sentiments. On n'est pas obligé de tout faire exploser en permanence pour éviter la routine, mais il faut régulièrement se réinventer sans chercher à changer l'autre. Dans Cyclo, je parle des sentiments de manière réaliste, cela pique même un peu parfois. Je ne prétends pas avoir les bonnes réponses, mais j...

Je ne suis pas désabusée. J'ai juste plus de recul sur la relation amoureuse. Je lutte farouchement contre l'embourgeoisement des sentiments. On n'est pas obligé de tout faire exploser en permanence pour éviter la routine, mais il faut régulièrement se réinventer sans chercher à changer l'autre. Dans Cyclo, je parle des sentiments de manière réaliste, cela pique même un peu parfois. Je ne prétends pas avoir les bonnes réponses, mais je m'efforce de poser les bonnes questions. Non. Enfin, pas complètement. La puissance est une valeur associée aux hommes. Nous, on est fortes de nos fragilités. On doit être capables (et les hommes aussi d'ailleurs) de montrer nos failles et d'éclairer cette part d'ombre et d'intimité qui nous caractérise. En fait, nous sommes fortes par essence. Celui de la fille qui mange une choucroute le plus rapidement possible. J'adore ce plat ! S'il y en a une devant moi, je l'engloutis ! Un air de l'opérette Véronique : " De-ci, de-là, cahin-caha, va, trottine, va, chemine, va, petit âne, va, de-ci, de-là, cahin-caha, le picotin te récompensera. " Ma grand-mère me récitait des livrets entiers du même genre. C'est assez niais, mais très jovial et ludique. Ni l'une ni l'autre. En cas d'insomnie, je me réinvente. La nuit, il y a cette possibilité de s'imaginer. C'est le moment où on est le plus proche de soi. Voilà pourquoi je travaille souvent la nuit. Mata Hari, de Jean-Louis Richard, avec Jeanne Moreau. Le personnage est assez énigmatique, elle a un côté call-girl, elle est proche des politiques et c'est une espionne... J'aime le caractère complexe de toutes ces femmes réunies en une. Transmettre, non, car je ne pense pas qu'un chanteur sache quoi que ce soit. Pour les ONG, je soutiens l'Amref, Flying Doctors, une association qui existe depuis cinquante-cinq ans : des grands chirurgiens prennent une semaine de leur temps pour opérer et sauver des vies dans des pays démunis. L'idée est de former 15 000 sages-femmes en Afrique d'ici à 2015, car, actuellement, 162 000 bébés meurent chaque année pendant l'accouchement. CHRISTOPHE CARRIÈRE" JE NE PRÉTENDS PAS AVOIR LES BONNES RÉPONSES, MAIS JE M'EFFORCE DE POSER LES BONNES QUESTIONS. "