Pour dessiner cette incroyable demeure made in USA, Gisue et Mojgan Hariri se sont inspirées d'une sculpture de Giacometti, Figurine dans une boîte entre deux maisons (1950). Le titre est un peu compliqué, certes, mais la forme de l'£uvre est très simple : un parallélépipède percé dans la grande longueur du rectangle par une ouverture carrée. Dans le projet architectural des deux s£urs, le bâtiment principal - un peu plus de 400 m2 - est composé de deux rectangles, assemblés perpendiculairement autour d'une piscine. Mais chaque aile du bâtiment, comm...

Pour dessiner cette incroyable demeure made in USA, Gisue et Mojgan Hariri se sont inspirées d'une sculpture de Giacometti, Figurine dans une boîte entre deux maisons (1950). Le titre est un peu compliqué, certes, mais la forme de l'£uvre est très simple : un parallélépipède percé dans la grande longueur du rectangle par une ouverture carrée. Dans le projet architectural des deux s£urs, le bâtiment principal - un peu plus de 400 m2 - est composé de deux rectangles, assemblés perpendiculairement autour d'une piscine. Mais chaque aile du bâtiment, comme dans la sculpture de Giacometti, est percée d'ouvertures qui permettent à la lumière de le traverser de part en part. Cette résidence - qui est par ailleurs une maison très confortable - est donc véritablement une £uvre d'art. Le promoteur du grand lotissement de Long Island où elle est située a confié la réalisation des différentes villas à ceux qu'il estimait être les trente-six plus grands architectes du monde. Les s£urs Hariri, qui depuis vingt ans sont à la tête d'une des plus importantes agences de New York, ont naturellement été retenues dans cette courte sélection où figurent aussi, notamment, Richard Meier, Jean-Michel Wilmotte ou Shigeru Ban. Posée au sommet d'un petit plateau, la grande villa conçue à Sagaponac par les s£urs Hariri est aussi dépouillée qu'il est permis de l'être. Elle s'inscrit totalement dans l'incarnation du rêve américain en faisant " entrer " le paysage à l'intérieur de ses murs. Comme dans la sculpture de Giacometti, les deux principales pièces de séjour sont largement ouvertes sur deux faces : à l'avant, côté piscine, et à l'arrière, en direction du bois voisin. Des baies vitrées coulissantes permettent, toutefois, de rendre très facilement leur intimité à ces espaces. L'entrée principale se trouve côté jardin. On y accède par une longue et élégante rampe en béton, qui donne un avant-goût de la pureté des formes géométriques de la construction. Hall d'accueil, bureau, salle à manger, cuisine, salle de télévision, grand salonà Inondées de lumière, les pièces de séjour sont innombrables. Toutes sont vastes, ouvertes les unes sur les autres, et jouant la carte indoor-outdoor. Sans oublier les chambres - une pour les propriétaires et quatre pour les amis - et, à l'écart du bâtiment principal, un atelier de peinture : un modèle d'élégance architecturale lui aussi. A l'articulation des bâtiments réunis en L, se trouve ce qui pourrait bien être le centre géométrique - sinon névralgique - de la maison : la piscine avec sa longue terrasse sur plusieurs niveaux. Depuis trois ans, ce bijou d'architecture maison appartient à Heide Banks, une star de la télé américaine, et à son mari, l'artiste Howard Lazar. Ils signent quant à eux une superbe mise en scène d'£uvres d'art. Un opus qui magnifie le travail des architectes ! Reportage : Luxproductions. com