Chaque année, plus de 100 000 visiteurs se rendent sur le site de Vitra à Weil am Rhein, en Allemagne, non loin de Bâle, où se trouvent réunis l'usine et le Vitra Design Museum : un musée à ciel ouvert où se côtoient des opus d'architectes de renommée internationale (lire aussi l'encadré en page 84). " Pour chaque nouveau bâtiment érigé ici, nous avons fait appel à un architecte différent, s'enthousiasme Rolf Fehlbaum, fils du fondateur du célèbre label suisse de mobilier design et président du conseil d'administration. Non pas pour créer une " collection " d'architectes, mais pour jouir d'un lieu plein de vie. Nous ne construisons un bâtiment que si c'est nécessaire, mais nous optons pour des édifices inoubliables. Je trouve dommage qu'il n'y ait pas plus d'e...

Chaque année, plus de 100 000 visiteurs se rendent sur le site de Vitra à Weil am Rhein, en Allemagne, non loin de Bâle, où se trouvent réunis l'usine et le Vitra Design Museum : un musée à ciel ouvert où se côtoient des opus d'architectes de renommée internationale (lire aussi l'encadré en page 84). " Pour chaque nouveau bâtiment érigé ici, nous avons fait appel à un architecte différent, s'enthousiasme Rolf Fehlbaum, fils du fondateur du célèbre label suisse de mobilier design et président du conseil d'administration. Non pas pour créer une " collection " d'architectes, mais pour jouir d'un lieu plein de vie. Nous ne construisons un bâtiment que si c'est nécessaire, mais nous optons pour des édifices inoubliables. Je trouve dommage qu'il n'y ait pas plus d'entreprises qui le fassent car, selon moi, ériger des immeubles banals est tout simplement du bad business. " À l'usine et au Vitra Design Museum vient aujourd'hui se greffer la VitraHaus, abritant, elle, le showroom de la collection Home de Vitra, la boutique du musée et un café. Le concept imaginé par les suisses Jacques Herzog et Pierre de Meuron (lauréats, en 2001, du prestigieux prix Pritzker, sorte de " Nobel d'architecture ", et auteurs, notamment, du stade olympique " nid d'oiseau " à Pékin) : un incroyable " mikado " de plus de 20 m de hauteur, composé de douze maisons superposées. Onze d'entre elles, avec leur toit pointu, affichent un look classique tandis que la douzième - la base de l'édifice - a des murs concaves, comme si elle cédait sous le poids des autres. L'objectif des architectes ? Au travers des façades vitrées de cet " empilement " de maisons, diriger le regard des visiteurs vers les paysages à la fois industriels et montagnards de l'Allemagne, tout comme de la Suisse et de la France voisines. À l'intérieur : pas de lignes anguleuses, mais des escaliers et balustrades aux formes organiques réalisés dans un superbe stuckolustro (un mélange de poudre de marbre). " Là où il y a du mouvement, les formes organiques sont logiques, commente Jacques Herzog. L'idée de ces maisons qui s'écrasent l'une sur l'autre a permis la création d'espaces et de sections improbables. C'est là tout le paradoxe de cet édifice : une forme simple et un concept évident aboutissant à un résultat complexe et riche. Contemporaine ou séculaire, une architecture réussie est celle qui parle avant tout aux sens. On peut toucher un bâtiment, le sentir, percevoir son odeur. C'est physique. Il est important que les architectes puissent concevoir une architecture directe et sensorielle. "Le choix du bureau Herzog&deMeuron s'est imposé très facilement. " J'ai fréquenté la même école que Jacques Herzog et Pierre de Meuron, confie Rolf Fehlbaum à la presse rassemblée pour l'ouverture officielle de la VitraHaus, fin février dernier. J'y étais juste un peu avant eux. Ce n'est donc pas une surprise que l'on collabore. Mais c'est un choix très intéressant. " Quant au showroom installé dans la VitraHaus, le président s'en explique aussi : " Aménager une maison n'est pas simple. Souvent les gens se raccrochent à des clichés. Ce qui est dommage. La maison devrait refléter qui on est, exprimer notre personnalité. Mais pour en arriver là, il faut pouvoir expérimenter. C'est possible ici : nous exposons de nombreux aménagements afin d'aider le visiteur dans la recherche de son propre style. Il y a aussi un vaste laboratoire de couleurs et une bibliothèque. Ici, nous rencontrons les clients et pouvons ainsi mieux sentir leurs besoins. "A l'entrée, le visiteur reçoit une carte magnétique à introduire dans un lecteur placé en face des différents aménagements : il sera ainsi renseigné sur le prix, la matière et le nom du créateur de chaque objet. Il peut aussi indiquer ses choix sur une liste et se la faire envoyer par e-mail, ou l'adresser au point de vente Vitra le plus proche. Carnet d'adresses en page 120.Par Leen Creve avec Elien Haentjens