En 1955, Jules Wabbes rencontrait l'architecte américain Philip Johnson, déjà illustre à l'époque pour avoir réalisé, notamment, The Glass House à New Canaan. Ses contacts avec Raymond Loewy et Edward Wormley, deux designers tout aussi célèbres, avaient par ailleurs donné un sérieux élan à sa créativité. Le Belge avait ainsi affiné son style, d'influence américaine. Il s'était également lancé dans la conception d'objets d'intérieur en métal - lampes, portemanteaux, chenets, clinches et même cendriers -, ayant constaté que d'autres grands noms de la discipline, tels que Johnson, Arne Jacobsen ou Giò Ponti, qu'il considérait un peu comme ses mod...