Certaines personnes prennent plaisir à déménager régulièrement, pour changer d'air et d'horizon. C'est le cas de Patrick Six. Tous les cinq à six ans, l'homme fait ses cartons pour migrer vers un nouveau lieu de vie. Il est déjà passé par un loft aménagé dans une ancienne usine, un logement sis sur le domaine d'un château... Désormais, c'est sur une vieille demeure de notaire de 1884, située à Bellegem, dans la périphérie courtraisienne, qu'il a jeté son dévolu. "On retrouve ici un plan classique, dont le hall central donne sur une salle à manger et deux pièces de séjour hautes de plafond et très lumineuses, ce qui est très important pour moi, décrit le propriétaire. Cette disposition était difficilement améliorable; il valait finalement mieux la laisser telle quelle. Nous avons donc pris le parti de conserver non seulement la structure, mais aussi une partie d...

Certaines personnes prennent plaisir à déménager régulièrement, pour changer d'air et d'horizon. C'est le cas de Patrick Six. Tous les cinq à six ans, l'homme fait ses cartons pour migrer vers un nouveau lieu de vie. Il est déjà passé par un loft aménagé dans une ancienne usine, un logement sis sur le domaine d'un château... Désormais, c'est sur une vieille demeure de notaire de 1884, située à Bellegem, dans la périphérie courtraisienne, qu'il a jeté son dévolu. "On retrouve ici un plan classique, dont le hall central donne sur une salle à manger et deux pièces de séjour hautes de plafond et très lumineuses, ce qui est très important pour moi, décrit le propriétaire. Cette disposition était difficilement améliorable; il valait finalement mieux la laisser telle quelle. Nous avons donc pris le parti de conserver non seulement la structure, mais aussi une partie des éléments intérieurs." Au fil des années et des projets, le bureau de ce concepteur belge a développé un style plutôt atypique, à l'image de la Buda Kitchen - un bistro branché installé dans une maison de repos - ou du restaurant populaire Vork, tous deux à Courtrai. Si cette habitation personnelle semble à mille lieues de ces interventions contemporaines, on y retrouve néanmoins un point commun dans le sens où son principal fil rouge est également la reconversion. "La quasi-totalité de nos projets partent d'un bâtiment existant, réhabilité et complété par des éléments nouveaux, souvent dans le but de lui donner une nouvelle fonction - une maison de maître deviendra par exemple un restaurant social, note le créateur. Nous sommes de plus en plus conscients de la nécessité écologique de faire un usage réfléchi des constructions du passé, auxquelles nous nous efforçons donc de donner une autre destination. Cette approche est une source à la fois d'inspiration et de satisfaction, car conférer une fonction à un site abandonné est toujours, pour un architecte, un défi très particulier... Et pour moi, c'est justement grâce à ce type de chantiers à relativement petite échelle que nous pourrons donner un second souffle à nos villes et villages." Pour rénover cette vieille bâtisse un peu délabrée, qui avait besoin d'un coup de frais, Patrick Six aurait pu miser sur un décloisonnement offrant de beaux espaces de type loft, suivant les tendances actuelles. Mais, séduit par l'organisation spatiale très fonctionnelle déjà présente, il a préféré lifter l'endroit en douceur... "Dès lors, c'est surtout au travers de l'aménagement que je me suis efforcé d'apporter une note plus moderne, décrit-il. C'est un aspect dont nombre de mes confrères sous-estiment l'importance, alors qu'il permet souvent de donner un look d'aujourd'hui à des volumes, sans grandes transformations. Après tout, nos prédécesseurs ne dessinaient-ils pas aussi des intérieurs, des meubles et des lampes? On a voulu, à un moment donné, scinder les deux aspects du métier alors que ce n'était, pour moi, pas nécessaire. Cela forme un même tout." Plus de photos:L'intervention s'est donc voulue avant tout graphique, en privilégiant les contrastes entre teintes claires et sombres, à l'instar de certains murs, de l'escalier en bois laqué noir ou du sol du hall, où l'on remarquera au passage un joli banc signé Harry Bertoia. "Il a été fabriqué chez Decoene, à Courtrai, qui produisait à l'époque des pièces pour Knoll International. Cette assise est toutefois un peu spéciale, en ce sens qu'il s'agit d'un prototype que j'ai racheté autrefois à l'un des ingénieurs de la boîte", se réjouit l'habitant. Celui-ci possède encore plusieurs autres "Knoll vintage", glanés à droite, à gauche, au cours du temps, bien avant que le rétro ne soit à la mode - c'est le cas par exemple de la table elliptique de la salle à manger, qui servait autrefois aux réunions dans le bureau d'un directeur. Dans cet ensemble, la pièce la plus intime reste néanmoins l'alcôve aux murs foncés, nichée tout à l'arrière, à côté de la cuisine. "Le feu ouvert et toutes ces oeuvres d'art qui me tiennent à coeur en font vraiment le centre névralgique de la maison, l'endroit où nous passons le plus clair de notre temps. Chaque pièce a ainsi son atmosphère propre, de la cuisine à la chambre à coucher", résume-t-il.