Officiellement né en 1924, avec la publication du Manifeste du surréalisme d'André Breton, et aujourd'hui considéré comme l'un des principaux courants artistiques du XXe siècle, le mouvement s'est empressé de bousculer la plupart des disciplines créatives, et les arts appliqués ne firent pas exception. Au contraire, sa façon d'envisager sous un jour inédit des objets du quotidien, et l...

Officiellement né en 1924, avec la publication du Manifeste du surréalisme d'André Breton, et aujourd'hui considéré comme l'un des principaux courants artistiques du XXe siècle, le mouvement s'est empressé de bousculer la plupart des disciplines créatives, et les arts appliqués ne firent pas exception. Au contraire, sa façon d'envisager sous un jour inédit des objets du quotidien, et l'éternel besoin d'en détourner l'usage pour faire naître la surprise, le malaise ou l'amusement, a durablement influencé des générations entières de designers, de l'entre-deux-guerres à nos jours. On comprend donc bien tout l'intérêt qu'avaient les curateurs badois à présenter, mettre en parallèle et décortiquer ces flirts répétés, d'autant qu'ils ne manquent pas d'arguments pour appâter amateurs d'art, fans de design et grand public. Divisée en quatre parties, Objects of Desire expose des icônes du siècle dernier, la table Tour de Gae Aulenti, montée sur roues de vélo, les assiettes de Fornasetti, le canapé Bocca ou le téléphone-homard de Salvador Dalí, mais aussi des éléments plus récents, signés par des pointures actuelles telles que Front, Konstantin Grcic ou Jasper Morrison. Les curateurs ont même allègrement dépassé le cadre strict du design d'objet, et des ready-made de Marcel Duchamp ou de Man Ray, la toile Le modèle rouge de Magritte, avec ses fameux souliers pourvus d'orteils, ou encore une robe Symphonia d'Iris Van Herpen, démontrent à quel point leur sélection s'avère, variée et inspirée. Dalí a un jour dit que le surréalisme changerait le monde. A passer en revue ces pièces extraordinaires, autrefois décriées, désormais saluées pour leur audace et fermement ancrées dans nos imaginaires, on ne peut qu'apprécier le caractère visionnaire de cette prédiction de l'illustre moustachu.