Après Londres et Paris, Milan donne mardi le coup d'envoi de sa première Semaine de la mode virtuelle, coronavirus oblige, avec néanmoins deux rendez-vous en chair et en os dont le poids-lourd Dolce & Gabbana.

Bousculant les habitudes du secteur, des marques balayent le frénétique fonctionnement par collections au profit d'une organisation en " générations ". Leur objectif : bâtir pièce après pièce la garde-robe ultime, conçue pour durer. Une belle idée pour ce secteur qui tente, avec la crise, de se réinventer.

Ce mardi 7 juillet, à 12 heures, la maison fondée par Gabrielle Chanel a dévoilé sa collection Haute Couture automne-hiver 2020-2021 par voie numérique. Des silhouettes pensées post-confinement et fabriquées dans des ateliers qui revendiquent leur savoir-faire. A juste titre. Interview de Bruno Pavlovsky président des activités mode de Chanel faite en amont de cette heure H.

La maison de luxe française Hermès a présenté dimanche sa collection homme dans une performance artistique filmée en temps réel, donnant le ton de la première Fashion week virtuelle à Paris, qui démarre lundi.

Il a trouvé ces longues semaines de confinement " intéressantes ". Comme un temps de latence qui nettoya le trop plein de tout. Maurizio Galante (Latina, 1963), virtuose des volumes, a préparé sa collection Haute Couture dans une certaine sérénité allègre. Avant-propos à quelques heures de son défilé online, le 6 juillet à 13 heures.