Et puis les smartphones sont arrivés, de nouveaux consommateurs aussi, qui n'ont pas forcément l'envie, ni le temps de se lancer dans de longues séances de shopping, avec parade de sacs en carton griffé à la clé. Le luxe, s'il est correctement mis en scène et raconté, s'appréhende très bien depuis son canapé, à travers un écran. La preuve ? Sur ce marché mondial qui a généré 249 milliards d'euros d'activité en 2016, 7 % provenaient des canaux du Web, selon le cabinet d'études Bain & Company.

Plus que jamais conscient de ces nouveaux enjeux, le groupe français LVMH n'entend pas être en reste. Après une première tentative, en 2000, avec son site eluxury.com, le propriétaire de seize maisons de mode et maroquinerie (Louis Vuitton, Christian Dior, Céline, Givenchy - photo...), de sept labels de montres et joaillerie et de neuf marques de parfum travaille d'arrache-pied à un projet e-commerce ambitieux : un "Net-à-porter" à la française, comme l'indiquait dernièrement une source proche du dossier au magazine en ligne FashionNetwork.

Ce grand magasin virtuel du luxe devrait arriver sur la Toile dès le mois d'avril ou mai prochain, avant une inauguration en grande pompe en juin. On y retrouvera aussi bien les labels maison du groupe, mais également des griffes de créateurs ou de luxe accessible.

Soit un projet d'envergure de plus pour LVMH, qui vient par ailleurs d'annoncer la mise sur pied d'un lieu dédié à la création artistique, au spectacle vivant ainsi qu'aux métiers d'art et aux savoir-faire artisanaux, dans l'ancien Musée des arts et traditions populaires de Paris. Pensés par l'architecte de renommée mondiale Frank Gehry, deux à trois ans de travaux de rénovation sont à attendre pour cet espace, d'ores et déjà officiellement baptisé La Maison LVMH / Arts - Talents - Patrimoine.

Tout un programme!

Et puis les smartphones sont arrivés, de nouveaux consommateurs aussi, qui n'ont pas forcément l'envie, ni le temps de se lancer dans de longues séances de shopping, avec parade de sacs en carton griffé à la clé. Le luxe, s'il est correctement mis en scène et raconté, s'appréhende très bien depuis son canapé, à travers un écran. La preuve ? Sur ce marché mondial qui a généré 249 milliards d'euros d'activité en 2016, 7 % provenaient des canaux du Web, selon le cabinet d'études Bain & Company.Plus que jamais conscient de ces nouveaux enjeux, le groupe français LVMH n'entend pas être en reste. Après une première tentative, en 2000, avec son site eluxury.com, le propriétaire de seize maisons de mode et maroquinerie (Louis Vuitton, Christian Dior, Céline, Givenchy - photo...), de sept labels de montres et joaillerie et de neuf marques de parfum travaille d'arrache-pied à un projet e-commerce ambitieux : un "Net-à-porter" à la française, comme l'indiquait dernièrement une source proche du dossier au magazine en ligne FashionNetwork. Ce grand magasin virtuel du luxe devrait arriver sur la Toile dès le mois d'avril ou mai prochain, avant une inauguration en grande pompe en juin. On y retrouvera aussi bien les labels maison du groupe, mais également des griffes de créateurs ou de luxe accessible. Soit un projet d'envergure de plus pour LVMH, qui vient par ailleurs d'annoncer la mise sur pied d'un lieu dédié à la création artistique, au spectacle vivant ainsi qu'aux métiers d'art et aux savoir-faire artisanaux, dans l'ancien Musée des arts et traditions populaires de Paris. Pensés par l'architecte de renommée mondiale Frank Gehry, deux à trois ans de travaux de rénovation sont à attendre pour cet espace, d'ores et déjà officiellement baptisé La Maison LVMH / Arts - Talents - Patrimoine. Tout un programme!