La mode et le textile, "industrie qui contribue à hauteur de 35 milliards d'euros au PIB du Royaume-Uni et emploie presque un million de personnes", "risque d'être décimée par l'accord de Brexit et la politique actuelle du gouvernement", avertit la lettre, adressée au Premier ministre Boris Johnson, ainsi qu'à ses ministres de la Culture, de l'Industrie et de l'Intérieur.

L'accord qui a été conclu avec l'Union européenne "laisse un trou béant là où devrait se trouver la libre-circulation des marchandises et des services pour tous les créateurs, y compris les secteurs de la mode et du textile, qui a été promise", estiment les signataires, au nombre de 400 selon le Financial Times parmi lesquelles les mannequins Twiggy et Yasmin Le Bon.

Twiggy, aux Fashion Awards 2016 à Londres, en 2016, REUTERS
Twiggy, aux Fashion Awards 2016 à Londres, en 2016 © REUTERS

Le secteur contribue plus au PIB britannique que les industries de la pêche, la musique, le cinéma et l'automobile combinées, affirme la lettre.

Soulignant que l'UE représente le plus grand partenaire que ce soit à l'import qu'à l'export, le monde de la mode dénonce retards et "montagne de paperasse" induits par les nouvelles règles.

Il demande au gouvernement mesures de soutien et d'envisager des allègements d'impôts.

Avant les figures de la mode, des stars britannique de la musique ont récemment accusé le gouvernement d'avoir "honteusement laissé tomber" les musiciens, qui ne peuvent plus se déplacer librement pour leurs tournées dans l'Union européenne à cause du Brexit.

La mode, la musique et nombre d'autres secteurs sont touchés par la nécessité, imposée par la fin de la libre-circulation entre l'UE et le Royaume-Uni, d'obtenir des visas individuels, qui impliquent notamment des coûts supplémentaires.

La mode et le textile, "industrie qui contribue à hauteur de 35 milliards d'euros au PIB du Royaume-Uni et emploie presque un million de personnes", "risque d'être décimée par l'accord de Brexit et la politique actuelle du gouvernement", avertit la lettre, adressée au Premier ministre Boris Johnson, ainsi qu'à ses ministres de la Culture, de l'Industrie et de l'Intérieur.L'accord qui a été conclu avec l'Union européenne "laisse un trou béant là où devrait se trouver la libre-circulation des marchandises et des services pour tous les créateurs, y compris les secteurs de la mode et du textile, qui a été promise", estiment les signataires, au nombre de 400 selon le Financial Times parmi lesquelles les mannequins Twiggy et Yasmin Le Bon.Le secteur contribue plus au PIB britannique que les industries de la pêche, la musique, le cinéma et l'automobile combinées, affirme la lettre.Soulignant que l'UE représente le plus grand partenaire que ce soit à l'import qu'à l'export, le monde de la mode dénonce retards et "montagne de paperasse" induits par les nouvelles règles.Il demande au gouvernement mesures de soutien et d'envisager des allègements d'impôts.Avant les figures de la mode, des stars britannique de la musique ont récemment accusé le gouvernement d'avoir "honteusement laissé tomber" les musiciens, qui ne peuvent plus se déplacer librement pour leurs tournées dans l'Union européenne à cause du Brexit.La mode, la musique et nombre d'autres secteurs sont touchés par la nécessité, imposée par la fin de la libre-circulation entre l'UE et le Royaume-Uni, d'obtenir des visas individuels, qui impliquent notamment des coûts supplémentaires.