...

Un défilé, c'est l'acmé d'un temps de création, personne ne dira le contraire. Surtout pas les étudiants de La Cambre mode(s) de Bruxelles et de l'Académie royale des beaux-arts d'Anvers qui montrent leur collection les 1er et 2 juin prochain devant un jury de professionnels qui valident - ou pas - leur année, leur diplôme, et devant un public qui ne boude jamais son plaisir. Car ces jeunes créateurs savent mieux que personne dire l'état de notre monde. Dans ces écoles tenues de ne pas ternir leur réputation, ils sont formés à l'excellence, en s'inscrivant dans un environnement dûment remis en question, l'histoire de la mode, du costume et du vêtement n'étant jamais oblitérée. Sur le podium, la créativité est forcément au rendez-vous. Pour l'institut bruxellois, il s'est agi par exemple d'interroger " le culte des corps, de ce qui les habille mais aussi les dissimule, affirmation des genres ou dépassement voire transgression de ceux-ci, libérations physiques ou sexuelles contre enfermement de ce qui ne peut être vu ", le tout avec le parti pris d'en rire - l'affiche montre la voie. Apprêtez-vous à être étonnés. Anne-Françoise Moyson