True Romance (1993), film bien sapé

True Romance (1993), film bien sapé

Moi, il m'avait donné des frissons. A l'époque, je croyais que c'était uniquement à cause de Christian Slater, mon idole de l'époque (bin oui, j'avais 17 ans). Ce weekend, en le redécouvrant, j'ai compris que c'était bien plus que ça. Avec sa musique hypnotique (You're so cool d'Hans Zimmer, qui fait référence à Gassenhauer, le thème de La ballade sauvage, de Terence Mallick, par Carl Orff), sa photo à couper le souffle, sa pléiade d'acteurs et son humour ravageur, True Romance est un grand film.

Christian Slater y joue le rôle de Clarence, un gentil looser qui bosse dans un vidéo-club de Detroit. Le soir de son anniversaire, une call girl prénommée Alabama (divine Patricia Arquette) déboule dans sa vie. Le couple met par hasard la main sur une valise pleine de coke, et décide de fuir en Californie. C'est le début de folles aventures.

Savant cocktail de romantisme et de violence, le film contient déjà tout l'univers de Tarantino: les dialogues ciselés, la multitude de références, les fusillades sanglantes... Il a beau ne pas l'avoir lui-même mis en scène (l'argent de la vente du scénario lui permis de réaliser Reservoir Dogs à la place), True Romance reste son film le plus autobiographique. Clarence, fan d'Elvis et de films de kung fu, c'est lui.

Tout cela étant dit, si ce film figure dans la rubrique des films bien sapés, c'est bien évidemment pour le style délicieusement bimbo d'Alabama. Allez hop, la suite en images après le thème de Zimmer:

Par Géraldine Dormoy

111947560371721194756023982_LW_v2

211947560371721194756024116_LW_v2

311947560371721194756024201_LW_v2

Ah là là Christian Slater, héros chéri de Heathers, de Pump Up The Volume et de Kuffs, toute mon adolescence! J'avais oublié à quel point j'aimais sa voix. Dans True Romance, il porte des vestes oversized qui même à l'époque devaient déjà avoir l'air has been.

411947560371721194756025933_LW_v2

En 1993, je découvre que Rosanna Arquette a une petite soeur d'une beauté incendiaire (deux ans plus tard, la même très blonde et très pulpeuse Patricia me fera pleurer dans Rangoon).

511947560371721194756026057_LW_v2

Le film exhale l'American way of life dans ce qu'il a de plus cinégénique: les néons des dinners, les berlines majestueuses, les panneaux publicitaires éclairés dans la nuit...

611947560371721194756026492_LW_v2

On doit le look aguicheur d'Alabama à Susan Becker, costumière dont je n'ai vu aucun autre film. Peu importe: le style d'Alabama restera son chef d'oeuvre.

711947560371721194756026882_LW_v2

Son manteau en fourrure léopard, en particulier, me fait regretter de ne pas m'en être offert un cet hiver. Il y en avait pourtant plein les boutiques! Dans la rue, je n'ai toutefois encore vu personne en porter avec des bottines bleu piscine, une robe en panne de velours rouge et une malette rose bébé. Seule Alabama peut se permettre de tels improbables mélanges.

811947560371721194756027263_LW_v2

L'ensemble du film s'avère d'ailleurs une ode à l'imprimé léopard, que l'on retrouve aussi bien sur le soutien-gorge d'Alabama (ici en train de se faire tatouer le prénom de son nouveau mari sur la hanche) que sur la banquette de la Cadillac du couple.

911947560371721194756027441_LW_v2

Clarence en grande discussion avec le fantôme d'Elvis (Val Kilmer, dont on ne voit jamais le visage). "Clarence, I like you. I always have, I always will." Oh, yeah!

1011947560371721194756027567_LW_v2

La Cadillac mauve de Clarence, personnage à part entière dans le film.

1111947560371721194756028090_LW_v2

Clarence se rend chez le mac d'Alabama. Ambiance Taxi Driver.

1211947560371721194756028408_LW_v2

Oh, en voilà de belles lunettes en plastoc doré.

1311947560371721194756028719_LW_v2

Surprise: le pimp, c'est Gary Oldman en robe de chambre léopard (qu'est ce que je vous disais?).

1411947560371721194756028856_LW_v2

Avec ses dreadlocks, ses bagues et sa casquette de cuir, on dirait un John Galliano qui a mal tourné.

1511947560371721194756029003_LW_v2

Toute la réussite du style d'Alabama tient à son mélange de glam' cheap et de décontraction. Même en jean, baskets et hoodie, elle dégage une féminité craquante.

1611947560371721194756029137_LW_v2

Le regretté Dennis Hopper joue le rôle du père de Clarence, macho attachant.

1711947560371721194756029182_LW_v2

1811947560371721194756029241_LW_v2

C'est parti: on quitte la lumière froide de Detroit pour le soleil de la Californie. Ciao le manteau léo, place aux frous frous shoppés à Las Vegas, dont une minijupe en peau de vache devenue culte.

1911947560371721194756029512_LW_v2

Tout comme les lunettes à montures bleu métallisé et la bague de fiançailles en forme de fer à cheval.

2011947560371721194756029774_LW_v2

Pendant ce temps, Christopher Walken (le parrain Vicenzo Coccotti) et Dennis Hopper se font face dans un numéro d'acteur resté dans les annales.

2111947560371721194756030110_LW_v2

Autre bonne surprise du film: Brad Pitt à contre emploi dans un rôle de drogué qui ne quitte pas son canap'. L'archétype du grunge des Nineties noyé dans ses cheveux gras et ses tee-shirts informes.

2211947560371721194756031601_LW_v2

Sur la route, Alabama étoffe sa garde-robe d'une chemise Elvis rouge et blanche nonchalamment nouée autour de la taille.

2311947560371721194756033151_LW_v2

La chemise hawaïenne de Clarence, le top en mousseline turquoise et le legging rose shocking complètent le tableau.

2411947560371721194756034071_LW_v2

Le top transparent révèle un soutien-gorge en satin ton sur ton. James Gandolfini y résistera-t-il?

2511947560371721194756034649_LW_v2

2611947560371721194756035353_LW_v2

D'après la légende, Brad Pitt trouva lui-même son bonnet rasta dans une rue de Venice, en Californie. L'histoire ne dit pas d'où vient la vieille télé.

2711947560371721194756036607_LW_v2

Décidémment abonnée au rouge et au turquoise, Alabama combine robe à pois Marilyn et sweat à capuche dans la dernière partie du film.

2811947560371721194756036948_LW_v2

En un mot, la grande classe.