Le 5 novembre, la cour d'appel de Bruxelles a statué que Jacques Boël n'était pas le père biologique de Delphine Boël. Celle-ci assure qu'Albert II est son père et la cour a dès lors ordonné au Roi de se soumettre à un test ADN.

Selon Het Nieuwsblad, une convocation a été envoyée à Delphine Boël, à sa mère Sybille de Selys Longchamps et à Albert II pour qu'ils se présentent la semaine prochaine à l'hôpital Erasme. Les deux premières auraient répondu positivement.

Le Soir affirme pour sa part que le roi Albert II ne se présentera pas à l'hôpital. Il a jusqu'en février pour contester la décision de la cour d'appel et se pourvoir en Cassation.

Selon une source proche de Delphine Boël, citée par Het Nieuwsblad, "Delphine s'attend à ce qu'Albert se pourvoit en Cassation. Elle a le sentiment que le Roi essaie de prolonger l'affaire - pour le dire crûment - jusqu'à sa mort."

Le quotidien flamand ajoute qu'il reste une autre option à l'ancien souverain: ignorer purement et simplement la convocation et ne pas se soumettre au test ADN. Le tribunal pourrait alors interpréter cela comme un aveu implicite de culpabilité.