Si vous le voulez bien (c'est pas vraiment comme si vous aviez le choix), commençons par un prélude musical. 3, 2, 1... C'est parti ! Toumtoulouloum toulouloum toulouloum. Tin. Tin tin tin. Tin tin tin. Tin tin tiiiiiiin tin. Tin. Tin t...
...

Si vous le voulez bien (c'est pas vraiment comme si vous aviez le choix), commençons par un prélude musical. 3, 2, 1... C'est parti ! Toumtoulouloum toulouloum toulouloum. Tin. Tin tin tin. Tin tin tin. Tin tin tiiiiiiin tin. Tin. Tin t... Oui, bon, évidemment, ce serait mieux en contexte. Mais peut-être avez-vous reconnu la chanson emblématique du groupe Survivor, j'ai nommé L'Oeil du Tiiiig' ! Oui, Raymonde, cette semaine, j'suis Rocky, mais sans les fautes de grammaire. Je me suis donc essayée au MMA, comprenez le Mixed Martial Arts. Un mélange, donc (on ne peut rien vous cacher), de différents arts martiaux, comme le " argh-punaise-mon-nez ", le " t'inquiète-mes-molaires-j'en-avais-pas-vraiment-besoin ", sans oublier le célèbre " on-avait-dit-pas-les-coui... ". Il faut bien sûr savoir qu'à la base, la violence, ce n'est pas mon truc. Je ne suis guère taillée pour la bagarre : pour tout vous dire, je me suis déjà fait racketter par une petite vieille. Mais, prête à tout pour remplir ma mission, je me suis malgré tout rendue à la salle de sport où m'attendait mon coach. Un grand machin mi-montagne, mi-baobab qui, sur la chaîne alimentaire, se situe plus ou moins entre l'ours brun et la bête du Gévaudan. Non mais en vrai, ce mec est un gentil géant, un sacré pédagogue avec une patience d'ange. Je monte sur le ring et j'enfile mes gants, puis le cours commence. Je me sens d'abord parfaitement ridicule mais, très vite, je prends goût à la chose, qui exige pas mal de coordination. Je travaille ma posture, j'apprends différents coups comme le jab, le direct, le crochet, l'uppercut et le kick. Je me sers aussi de mes genoux et de mes coudes, ce qui, vicieuse comme je suis, n'est pas pour me déplaire. Je finis par faire preuve d'une concentration assez inhabituelle chez moi, mais tout à fait agréable. Petit à petit, je prends confiance en moi, surprise par les vertus finalement très apaisantes de ce sport. Mon coach me montre quelques techniques de combat au sol, il m'enseigne l'une ou l'autre prises dites de soumission, dont le but est de bien faire comprendre à l'adversaire qui est le patron. Je ressors de la salle réellement conquise, et convaincue que ce premier cours ne sera pas le dernier. Envie, vous aussi, de casser des trognes avec amour ? Je vous invite à faire fi de vos préjugés et, bien entendu, à agir dans le respect de votre prochain et dans les règles de l'art. Par FLORENCE MENDEZ