Henri d'Orléans, qui appartient à la branche "orléaniste" de la royauté française, est décédé le 21 janvier à 85 ans - jour anniversaire de l'exécution de Louis XVI en 1793.

Le prince héritier du Maroc Moulay Hassan, 15 ans, en costume d'apparat, le prince Albert de Monaco, la reine Sofia d'Espagne, mère de l'actuel souverain Felipe VI, et une foule de représentants de l'aristocratie européenne se sont pressés dans la chapelle Saint-Louis, un bâtiment néo-gothique du début du XIXe siècle, construite au milieu du domaine royal de Dreux à l'ouest de Paris.

Dans un communiqué, Jean d'Orléans, le fils du défunt et nouveau Comte de Paris qui prend à 53 ans la tête de la "Maison de France" affirme vouloir "renouer le pacte historique et nécessaire entre la Nation et la Famille royale".

Jean, comme son père Henri d'Orléans, descendent du frère de Louis XIV et de Philippe-Egalité, qui avait voté la mort de Louis XVI et est pour ça honni par l'autre branche qui prétend au trône, celle des " légitimistes", les Bourbon.

Depuis le XIXe siècle, les rivalités sont vives entre ces deux lignées capétiennes - les Orléans et les Bourbon. Les orléanistes font valoir que Philippe V, petit-fils de Louis XIV parti régner en Espagne, a ainsi renoncé à ses droits à la couronne de France.

Les "légitimistes" rétorquent pour leur part qu'on ne peut renoncer à ses droits divins.