J'ai beaucoup de mal à choisir les romans qui illumineront mes nuits, et cette indécision provoque chez moi une boulimie romanesque : je les achète par dix. Influencée par les coups de coeur des libraires, ceux de mes proches ou les nouveautés de mes auteurs préférés. Mais cela n'empêche aucunement la déception.

© VVG

Dans cette optique, la Kube contient à mes yeux une sérieuse promesse : un roman qui serait adapté sur mesure aux goûts de chacun. Pour 15 euros. Le rêve. Avant de recevoir ce trésor - qui évite en prime le casse-tête face aux 589 nouveaux romans de la rentrée -, il faut remplir un questionnaire sur le site web. Une bonne dizaine de questions sur les romans lus, ceux qu'on a aimés, celui qu'on ne lira pas, les auteurs phares, ce qu'on cherche avant tout dans un roman, l'époque et le lieu qui nous bottent...

Et pour finir, sur une échelle de 1 à 10, la permission donnée au libraire indépendant (ils sont cinq pour le moment à avoir été rigoureusement sélectionnés) de nous faire sortir de notre zone de confort. Je coche 5. Sinon à quoi bon remplir ce questionnaire ?

Dix jours plus tard, je reçois la Kube dans ma boîte aux lettres. Pincement et excitation de surprise. Elle contient un petit carnet de notes, un marque-page (permettant de se remémorer l'intrigue), un bon pour imprimer des photos... et le roman en format poche : un polar. Eurk. Je déteste les polars. C'est donc sans réel enthousiasme que je plonge dans Les impliqués de Zygmunt Miloszewski. J'ai d'abord du mal à m'accrocher, trouvant les personnages aux noms polonais difficilement différenciables. Puis la magie opère : c'est un polar psychologique, détail qui fait toute la différence. Preuve que le libraire a saisi ma sensibilité. J'ai passé mon week-end au lit... Avec Zygmunt!

Par Valentine Van Gestel

www.lakube.com