Ce message musical est rapidement devenu viral. Il faut dire que ce clip est un petit évènement, puisque l'auteur de "Je te donne", 68 ans, n'a plus chanté en solo depuis 2002. Face caméra, lunettes sur le nez, t-shirt rouge sous chemise bleue, Goldman chante sur la musique originale du single sorti en 1988, paru la première fois en 1987 sur l'album "Entre gris clair et gris foncé". Les paroles ont été remises au goût du jour: "Et loin des beaux discours, des grandes théories, à leur tâche, chaque jour, sans même attendre un merci, ils sauvent des vies".

Jean-Jacques Goldman - Ils sauvent des vies

Jean-Jacques Goldman - Ils sauvent des vies

Geplaatst door Sony Music France op Maandag 23 maart 2020

Dans cette nouvelle version, il s'adresse d'abord aux "docteurs, brancardiers, aides-soignants, infirmiers" mais aussi ensuite aux "agents de sécurité", ou encore aux "caissières, éboueurs, routiers, facteurs, paysans", etc, soit tous ceux qui continuent à travailler pendant la pandémie.

A la fin de ce titre de 2 minutes 39 secondes, il remercie aussi en parlant les "boulangers, politiques", "cheminots, militaires, ambulances, taxis", etc. Et de conclure, ému: "les chercheurs vont trouver, mais ils ont besoin de nous tous, alors soyez prudents".

Ce message musical est rapidement devenu viral. Il faut dire que ce clip est un petit évènement, puisque l'auteur de "Je te donne", 68 ans, n'a plus chanté en solo depuis 2002. Face caméra, lunettes sur le nez, t-shirt rouge sous chemise bleue, Goldman chante sur la musique originale du single sorti en 1988, paru la première fois en 1987 sur l'album "Entre gris clair et gris foncé". Les paroles ont été remises au goût du jour: "Et loin des beaux discours, des grandes théories, à leur tâche, chaque jour, sans même attendre un merci, ils sauvent des vies". Dans cette nouvelle version, il s'adresse d'abord aux "docteurs, brancardiers, aides-soignants, infirmiers" mais aussi ensuite aux "agents de sécurité", ou encore aux "caissières, éboueurs, routiers, facteurs, paysans", etc, soit tous ceux qui continuent à travailler pendant la pandémie. A la fin de ce titre de 2 minutes 39 secondes, il remercie aussi en parlant les "boulangers, politiques", "cheminots, militaires, ambulances, taxis", etc. Et de conclure, ému: "les chercheurs vont trouver, mais ils ont besoin de nous tous, alors soyez prudents".