"Les propos de Munroe Bergdorf ne correspondent pas à nos valeurs et nous avons donc décidé de rompre notre partenariat avec elle", a déclaré la filiale britannique de L'Oréal Paris sur Twitter. Mme Bergdorf avait annoncé fin août qu'elle deviendrait le premier mannequin transsexuel de l'Oréal, dans le cadre d'une campagne promouvant la diversité. Mais elle a par la suite créé la polémique dans la presse britannique en réagissant sur le réseau Facebook aux violences de Charlottesville, aux Etats-Unis, lors desquelles une femme a été tuée le 12 août par un sympathisant néonazi qui a volontairement percuté des manifestants antiracistes avec son véhicule. "Franchement, je n'ai plus l'énergie de parler de la violence raciale des blancs. Oui, de TOUS les blancs", a écrit Mme Munroe, dans un statut qui a été supprimé mais reste relayé par plusieurs médias britanniques.

"Les propos de Munroe Bergdorf ne correspondent pas à nos valeurs et nous avons donc décidé de rompre notre partenariat avec elle", a déclaré la filiale britannique de L'Oréal Paris sur Twitter. Mme Bergdorf avait annoncé fin août qu'elle deviendrait le premier mannequin transsexuel de l'Oréal, dans le cadre d'une campagne promouvant la diversité. Mais elle a par la suite créé la polémique dans la presse britannique en réagissant sur le réseau Facebook aux violences de Charlottesville, aux Etats-Unis, lors desquelles une femme a été tuée le 12 août par un sympathisant néonazi qui a volontairement percuté des manifestants antiracistes avec son véhicule. "Franchement, je n'ai plus l'énergie de parler de la violence raciale des blancs. Oui, de TOUS les blancs", a écrit Mme Munroe, dans un statut qui a été supprimé mais reste relayé par plusieurs médias britanniques.