Première différence avec les années précédentes : cette édition 2020 n'accueille pas d'invité d'honneur, mais propose tout de même une fameuse exclu à ses visiteurs : la vente caritative de cinq segments du Mur de Berlin. Faisant autrefois partie de la " Hinterlandmauer ", l'enceinte intérieure, ils ont donc été taggés par plusieurs générations d'anonymes, et se retrouvent aujourd'hui aux enchères pour la bonne cause - les bénéfices des ventes seront reversés à des associations ou musées actifs dans les domaines de la recherche contre le cancer, de l'intégration des personnes handicapées et, BRAFA oblige, la préservation du patrimoine artistique. Précisons à l'attention d'éventuels acquéreurs que chacun des tronçons mesure 3,8 mètres sur 1, 2, pour un poids de 3,6 tonnes.

Côté exposants, s'il s'avère difficile de détailler l'impressionnant catalogue déployé, on notera tout de même que :

- la Galerie Samuel Vanhoegaerden présentera une collection jusqu'ici inédite d'oeuvres de James Ensor, avec pas moins de 13 tableaux et 20 dessins, accompagnés d'une série de photographies.

- Pour les amateurs d'art design et d'éditions limitées, le designer Xavier Lust viendra dévoiler sa table Source, une prouesse de marbre éditée seulement à huit exemplaires.

- La célèbre toile Gebied (1963) de Bram Bogart attend les visiteurs sur le stand de la Whitford Gallery

- Rayon BD, la galerie bruxelloise Huberty & Breyne arrivera avec quelques merveilles sous le bras, Loustal, Midam, Geluck ou encore Hergé, dont une superbe planche du Temple du soleil fera tourner toutes les têtes. Signalons d'ailleurs que Zep, célèbre père de Titeuf et auteur de BD cultes telles que Le guide du zizi sexuel ou L'enfer des concerts, sera également présent cette année à tour & Taxis

Notons enfin qu'à l'exception du lundi 27, tous les jours seront l'occasion d'assister à une conférence, tenue à 16h dans le lounge. Gratuits, ces talks portent d'alléchants intitulés, tels que Keith Haring, Van Eyck. Une révolution optique ou, pour l'aspect plus pratique, " Est-il vraiment nécessaire de structurer une collection ? ".

Bref, cette 65e édition ne manque pas d'arguments pour attirer un public toujours plus grand. Ce qui n'est pas peu dire, quand on sait que l'an dernier, plus de 66 000 visiteurs avaient pris part à l'événement.

Première différence avec les années précédentes : cette édition 2020 n'accueille pas d'invité d'honneur, mais propose tout de même une fameuse exclu à ses visiteurs : la vente caritative de cinq segments du Mur de Berlin. Faisant autrefois partie de la " Hinterlandmauer ", l'enceinte intérieure, ils ont donc été taggés par plusieurs générations d'anonymes, et se retrouvent aujourd'hui aux enchères pour la bonne cause - les bénéfices des ventes seront reversés à des associations ou musées actifs dans les domaines de la recherche contre le cancer, de l'intégration des personnes handicapées et, BRAFA oblige, la préservation du patrimoine artistique. Précisons à l'attention d'éventuels acquéreurs que chacun des tronçons mesure 3,8 mètres sur 1, 2, pour un poids de 3,6 tonnes.Côté exposants, s'il s'avère difficile de détailler l'impressionnant catalogue déployé, on notera tout de même que :- la Galerie Samuel Vanhoegaerden présentera une collection jusqu'ici inédite d'oeuvres de James Ensor, avec pas moins de 13 tableaux et 20 dessins, accompagnés d'une série de photographies.- Pour les amateurs d'art design et d'éditions limitées, le designer Xavier Lust viendra dévoiler sa table Source, une prouesse de marbre éditée seulement à huit exemplaires.- La célèbre toile Gebied (1963) de Bram Bogart attend les visiteurs sur le stand de la Whitford Gallery- Rayon BD, la galerie bruxelloise Huberty & Breyne arrivera avec quelques merveilles sous le bras, Loustal, Midam, Geluck ou encore Hergé, dont une superbe planche du Temple du soleil fera tourner toutes les têtes. Signalons d'ailleurs que Zep, célèbre père de Titeuf et auteur de BD cultes telles que Le guide du zizi sexuel ou L'enfer des concerts, sera également présent cette année à tour & Taxis Notons enfin qu'à l'exception du lundi 27, tous les jours seront l'occasion d'assister à une conférence, tenue à 16h dans le lounge. Gratuits, ces talks portent d'alléchants intitulés, tels que Keith Haring, Van Eyck. Une révolution optique ou, pour l'aspect plus pratique, " Est-il vraiment nécessaire de structurer une collection ? ".Bref, cette 65e édition ne manque pas d'arguments pour attirer un public toujours plus grand. Ce qui n'est pas peu dire, quand on sait que l'an dernier, plus de 66 000 visiteurs avaient pris part à l'événement.