En Wallonie, le flambeau est repris par Univers Santé, tandis qu'en Flandre, c'est De Druglijn, le service public du VAD, qui prend le relais. Environ un Belge adulte sur cinq participe à ce traditionnel mois sans alcool en février, "un succès", selon la Fondation contre le cancer.

D'après une enquête de l'université de Gand, six mois après avoir fait la Tournée Minérale, la consommation des participants a également baissé, puisqu'ils boivent en moyenne deux verres de moins par semaine. "Nous avons réussi à amener le débat sur la consommation d'alcool dans les chaumières et c'est énorme dans un pays où elle est totalement normalisée, voire valorisée, et fait partie intégrante de notre vie sociale" déclare la Dr. Anne Bouquiau, directrice médicale à la Fondation contre le cancer, citée dans un communiqué.

"Nous avons joué notre rôle de 'lanceur d'alerte' et ce fut une réussite totale, au-delà même de nos attentes." La Fondation invite "les décideurs à s'emparer de ce sujet" et propose également un panel d'experts à leur disposition "pour élaborer un plan volontariste".

En Wallonie, le flambeau est repris par Univers Santé, tandis qu'en Flandre, c'est De Druglijn, le service public du VAD, qui prend le relais. Environ un Belge adulte sur cinq participe à ce traditionnel mois sans alcool en février, "un succès", selon la Fondation contre le cancer. D'après une enquête de l'université de Gand, six mois après avoir fait la Tournée Minérale, la consommation des participants a également baissé, puisqu'ils boivent en moyenne deux verres de moins par semaine. "Nous avons réussi à amener le débat sur la consommation d'alcool dans les chaumières et c'est énorme dans un pays où elle est totalement normalisée, voire valorisée, et fait partie intégrante de notre vie sociale" déclare la Dr. Anne Bouquiau, directrice médicale à la Fondation contre le cancer, citée dans un communiqué. "Nous avons joué notre rôle de 'lanceur d'alerte' et ce fut une réussite totale, au-delà même de nos attentes." La Fondation invite "les décideurs à s'emparer de ce sujet" et propose également un panel d'experts à leur disposition "pour élaborer un plan volontariste".