"Tous les quatre ans, les États-Unis élisent leur nouveau président. Depuis notre vieille Europe, nous assistons au grand show de la campagne électorale américaine, avec son lot de spectaculaires entrées en scène, de révélations scandaleuses, de belles promesses, de petites phrases assassines et de rebondissements de dernière minute... Le monde entier se fige à l'attente des résultats qui s'égrènent dans la nuit au fil des fuseaux horaires. Les dernières élections n'ont pas échappé à la règle et l'on peut dire que la surprise fut de taille lorsque le visage radieux de Donald Trump s'afficha sur les écrans ! Quel avenir l'homme d'affaires, du haut de sa Trump Tower qui s'élève dans le ciel de Manhattan, réserve-t-il à son pays ? Entretemps, il nous a déjà donné quelques échantillons. Mais une chose est certaine, les États-Unis seront toujours ce grand pays fascinant, et sa porte d'entrée, New York, n'en finira jamais d'attirer le monde entier au pied de ses gratte-ciel.

iStockphoto
© iStockphoto

Voilà pourquoi nous consacrons ce hors-série à cette ville solaire, bouillonnante et excentrique. Au fil des sujets que nous vous proposons, vous découvrirez une mégapole multiculturelle et en perpétuel mouvement. Pour vous y accueillir, nous avons fait appel à un New-Yorkais d'adoption. Poète, rockeur, peintre, photographe et écrivain à ses heures, CharlÉlie Couture a choisi, il y a douze ans, de s'installer dans la ville qui ne dort jamais pour y puiser son inspiration. À travers ses mots, c'est le coeur de New York qui bat, d'Harlem, où il a installé son atelier, à l'agitation de Midtown, jusqu'au Financial District et se skyscrapers qui défient le vertige. C'est cette architecture qui fit dire à Le Corbusier : "Des centaines de fois j'ai pensé que New York était une catastrophe... une magnifique catastrophe !"

Mais New York, c'est aussi des quartiers très différents les uns des autres, et certains qui, presque du jour au lendemain, deviennent les lieux tendance de la ville. C'est le cas d'un petit coin de Brooklyn, entre Sunset Park et Red Hook, devenu en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire le temps du design grâce à une poignée de créateurs talentueux et inspirés. C'est aussi le cas de Lower Manhattan qui, quinze ans après le 11 septembre, a su se dessiner un nouveau visage où il fait bon vivre, du jardin de Battery Park aux charmantes rues commerçantes de Seaport.

Et puis New York, c'est aussi les "grands classiques", des moments à vivre une fois dans sa vie, comme grimpeur tout en haut de l'Empire State Building, s'offrir un spectacle à Broadway, s'émouvoir à Ellis Island, faire du vélo dans Central Park, admirer les collections du MoMa, traverser le pont de Brooklyn et sentir cette folle énergie qui entraîne plus loin, plus haut ! Les présidents peuvent changer tous les quatre ans, mais New York sera toujours New York."

Florence Garès

DR
© DR
AU SOMMAIRE

Toujours plus haut !

Le ciel pour limite

D'île en île

Le rythme dans la peau

Brooklyn, nouvel eldorado du design

Vertige new-yorkais

Et au milieu un continent vert

Lower Manhattan, la renaissance

Coups de coeur en image

La carte

Mémento malin de New York

EN VENTE DES LE 24 mars 2017

+ avec un plan de la ville offert

>> >Les abonnés reçoivent un bon de réduction de -2 € avec Le Vif/L'Express du 24 mars 2017 <<<

"Tous les quatre ans, les États-Unis élisent leur nouveau président. Depuis notre vieille Europe, nous assistons au grand show de la campagne électorale américaine, avec son lot de spectaculaires entrées en scène, de révélations scandaleuses, de belles promesses, de petites phrases assassines et de rebondissements de dernière minute... Le monde entier se fige à l'attente des résultats qui s'égrènent dans la nuit au fil des fuseaux horaires. Les dernières élections n'ont pas échappé à la règle et l'on peut dire que la surprise fut de taille lorsque le visage radieux de Donald Trump s'afficha sur les écrans ! Quel avenir l'homme d'affaires, du haut de sa Trump Tower qui s'élève dans le ciel de Manhattan, réserve-t-il à son pays ? Entretemps, il nous a déjà donné quelques échantillons. Mais une chose est certaine, les États-Unis seront toujours ce grand pays fascinant, et sa porte d'entrée, New York, n'en finira jamais d'attirer le monde entier au pied de ses gratte-ciel. Voilà pourquoi nous consacrons ce hors-série à cette ville solaire, bouillonnante et excentrique. Au fil des sujets que nous vous proposons, vous découvrirez une mégapole multiculturelle et en perpétuel mouvement. Pour vous y accueillir, nous avons fait appel à un New-Yorkais d'adoption. Poète, rockeur, peintre, photographe et écrivain à ses heures, CharlÉlie Couture a choisi, il y a douze ans, de s'installer dans la ville qui ne dort jamais pour y puiser son inspiration. À travers ses mots, c'est le coeur de New York qui bat, d'Harlem, où il a installé son atelier, à l'agitation de Midtown, jusqu'au Financial District et se skyscrapers qui défient le vertige. C'est cette architecture qui fit dire à Le Corbusier : "Des centaines de fois j'ai pensé que New York était une catastrophe... une magnifique catastrophe !"Mais New York, c'est aussi des quartiers très différents les uns des autres, et certains qui, presque du jour au lendemain, deviennent les lieux tendance de la ville. C'est le cas d'un petit coin de Brooklyn, entre Sunset Park et Red Hook, devenu en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire le temps du design grâce à une poignée de créateurs talentueux et inspirés. C'est aussi le cas de Lower Manhattan qui, quinze ans après le 11 septembre, a su se dessiner un nouveau visage où il fait bon vivre, du jardin de Battery Park aux charmantes rues commerçantes de Seaport. Et puis New York, c'est aussi les "grands classiques", des moments à vivre une fois dans sa vie, comme grimpeur tout en haut de l'Empire State Building, s'offrir un spectacle à Broadway, s'émouvoir à Ellis Island, faire du vélo dans Central Park, admirer les collections du MoMa, traverser le pont de Brooklyn et sentir cette folle énergie qui entraîne plus loin, plus haut ! Les présidents peuvent changer tous les quatre ans, mais New York sera toujours New York." Florence Garès