Publications supprimées, photos effacées, comptes signalés¿ Voilà ce qui arrive à de nombreux utilisateurs d'Instagram (utilisatrices, principalement) en surpoids qui affiche des photos d'eux-mêmes sur le réseau. Même si celles-ci n'ont rien d'inconvenant, elles sont pourtant assimilées par le réseau social à¿ de la pornographie. Elles sont donc tout simplement supprimées du réseau. À l'origine de cette censure : les algorithmes, au fonctionnement et critères de prise de décision plutôt opaques.

Dans un article de Fast Company, Jessica Richman, fondatrice du collectif "The Visible", a récemment souligné à quel point l'algorithme d'Instagram, conçu pour supprimer les images à caractère pornographique du réseau, était discriminant et ciblait injustement les personnes grandes tailles. Celui-ci détecterait le pourcentage de peau visible sur la photo afin de déterminer s'il s'agit d'image inappropriée voire pornographique, avant de la censurer. Même si ce n'était pas l'intention au départ, il vise donc davantage les grandes tailles.

Généralement, ces algorithmes ne suppriment pas immédiatement les publications (bien que cela arrive), mais envoient des alertes à des modérateurs humains, chargés de déterminer s'il y a lieu de censurer ou non les images. Carina Shero, influenceuse et mannequin grande taille, confirme que, comme beaucoup de ses collègues, elle subit une censure disproportionnée: diminution de la visibilité, suppression des hashtags, des photos, des publications, voire même des comptes (elle en est elle-même à son septième compte Instagram).

"Le même contenu peut être vu sur une personne grosse et une personne maigre, mais sur une personne grosse, il est considéré comme pornographique, et sur une personne maigre, il est autorisé", déplore l'influenceuse.

Cette injustice n'est pas seulement difficile à supporter mentalement. En effet, pour les mannequins et influenceuses grande taille, ces algorithmes qui bloquent leurs publications (dont les sponsorisées) les empêchent tout simplement de gagner leur vie, souligne Jessica Richman. Or, comme le rappelle Carina, "en tant que personne grande taille, le seul média que nous possédons est celui que nous créons pour nous-mêmes". Effectivement, les personnes en surpoids sont très rarement représentées dans les médias. En 2017, Refinery29 et Getty Images indiquaient que si 67% des femmes étaient de grande taille, elles ne représentent "que 2% des images que nous voyons".