L'initiative mymarketbrussels s'inscrit dans le cadre de la campagne "Shop local, Shop Brussels", qui se tient jusqu'au 28 décembre et sera relayée en radio et sur le réseau Stib notamment.

Cette vitrine en ligne pour les commerces bruxellois compte déjà une soixantaine d'enseignes. Le projet s'inspire de deux initiatives, l'une de la commune d'Uccle et l'autre le projet Mazone de l'asbl GroupeOne, dont le but était de soutenir les commerçants de quartier. Il a été étendu à l'ensemble du territoire bruxellois via hub.brussels. L'inscription des commerces sur la plateforme est gratuite et tous les secteurs sont représentés.

"Les conséquences de la crise du Covid-19 sur le commerce sont particulièrement importantes. Elles ont notamment amplifié les besoins d'e-commerce de nombreux petits établissements. Afin de les accompagner dans cette dynamique, le gouvernement bruxellois a décidé de soutenir la plateforme mymarket.brussels qui se veut une alternative aux grandes plateformes d'e-commerce", souligne Barbara Trachte.

Quelques commerçants inscrits testent également la livraison par les vélos-cargo de la coopérative Urbike, avec l'objectif que cette solution soit petit à petit utilisée par un plus grand nombre de commerces de la plateforme.

L'initiative mymarketbrussels s'inscrit dans le cadre de la campagne "Shop local, Shop Brussels", qui se tient jusqu'au 28 décembre et sera relayée en radio et sur le réseau Stib notamment.Cette vitrine en ligne pour les commerces bruxellois compte déjà une soixantaine d'enseignes. Le projet s'inspire de deux initiatives, l'une de la commune d'Uccle et l'autre le projet Mazone de l'asbl GroupeOne, dont le but était de soutenir les commerçants de quartier. Il a été étendu à l'ensemble du territoire bruxellois via hub.brussels. L'inscription des commerces sur la plateforme est gratuite et tous les secteurs sont représentés. "Les conséquences de la crise du Covid-19 sur le commerce sont particulièrement importantes. Elles ont notamment amplifié les besoins d'e-commerce de nombreux petits établissements. Afin de les accompagner dans cette dynamique, le gouvernement bruxellois a décidé de soutenir la plateforme mymarket.brussels qui se veut une alternative aux grandes plateformes d'e-commerce", souligne Barbara Trachte. Quelques commerçants inscrits testent également la livraison par les vélos-cargo de la coopérative Urbike, avec l'objectif que cette solution soit petit à petit utilisée par un plus grand nombre de commerces de la plateforme.