...

Joie, bonheur, allégresse, je me sens comme devant une grande quantité de papier à bulles encore intact. Car cette semaine, j'ai eu la chance - que dis-je, le privilège - de participer à un atelier d'initiation au théâtre organisé par le cours Florent. Bon, d'accord, privilège peut-être pas, c'était gratuit et ouvert à tous, mais c'est quand même la classe à Dallas. Ce serait manquer de modestie que de m'attarder sur ma performance personnelle (j'ai été brillante, merci), mais force est de reconnaître que j'ai un talent inné pour la comédie et ce depuis toute petite. Cela n'avait d'ailleurs pas échappé à mon instit' en primaire, qui m'avait confié le rôle de l'arbre dans la pièce de fin d'année (...) Les crampes persistantes générées par les " plus haut les bras ! " soufflés depuis les coulisses par madame Isabelle n'ont donc pas réussi à me dégoûter de la scène. Le théâtre d'ombres, par contre, plus JAMAIS, dans la pièce racontant l'histoire d'un éléphant nommé Prout, rejeté par les autres animaux à cause de son problème d'aérophagie, j'ai eu le rôle des prouts. Non, pas DE Prout, le héros du récit, mais DES prouts. Je crois que mon ego ne s'en est jamais vraiment remis. Bref. L'atelier auquel j'ai participé visait à montrer aux potentiels futurs étudiants à quoi ressemble généralement un cours de théâtre au sein de l'école, pour des élèves de première année. Nous étions une petite quinzaine et très vite le prof a mis l'accent sur le fait que nous étions une troupe et qu'il n'y avait pas de place pour l'individualisme au sein de celle-ci. Après quelques exercices d'échauffement afin de mettre tout le monde à l'aise, nous avons investi le plateau. Nous avons marché plus ou moins vite, et en fonction des consignes nous nous sommes imaginé pieds nus sur de la glace, sur des charbons ardents, dans la rue après avoir appris une nouvelle, bonne ou mauvaise... Autant de situations qui nous ont permis de découvrir que le langage corporel a sa propre grammaire et qu'il est essentiel pour un comédien de la maîtriser. Nous avons ensuite travaillé notre respiration puis le placement de notre voix. A l'issue de cet entraînement, le prof nous a donné une petite scène à travailler, dont nous avions reçu le texte quelques jours à l'avance. Je me suis rapidement prise au jeu, avec un sérieux relativement inhabituel chez moi. J'ai tout de suite compris que j'aimais beaucoup ça, à tel point que j'ai fini par m'inscrire à l'un des stages proposés par l'école, passage obligatoire si l'on souhaite suivre les cours à l'année. La qualité de l'enseignement prodigué est indubitable, et j'ai rencontré des gens agréables, humains, qui m'ont très vite fait sentir dans mon élément. Si pour vous aussi le théâtre est un vieux rêve à côté duquel vous ne voulez plus passer, jetez donc un coup d'oeil sur leur programme !