"À compter du 1er juillet 2021, Pinterest met à jour ses politiques en matière de publicité pour interdire toutes les annonces contenant du texte ou des images liés à la perte de poids", indique dans un communiqué la plateforme qui revendique 475 millions d'utilisateurs actifs chaque mois dans le monde.

"Seules les publicités faisant la promotion d'habitudes et de modes de vie sains ou de services et produits de fitness resteront autorisées, tant qu'elles ne sont pas axées sur la perte de poids", précise-t-elle.

Sont bannis du réseau social tout texte, image ou témoignage sur la perte de poids, les produits de régime et produits "à porter ou à appliquer sur la peau qui affirment permettre une perte de poids".

Tout contenu "qui idéalise ou dénigre certaines morphologies" et toute référence "à l'indice de masse corporelle (IMC) ou à des indices similaires" sont également proscrits.

Il s'agit d'"une étape majeure pour donner la priorité à la santé mentale et physique de nos utilisateurs. Nous voulons qu'ils puissent se sentir libres d'être eux-mêmes sur Pinterest, et célébrer la diversité des corps, quelle que soit leur forme ou leur taille", déclare Sarah Bromma, responsable des pratiques de Pinterest, citée dans le communiqué.

L'association américaine des troubles alimentaires (National Eating Disorders Association), associée à ce changement de politique publicitaire, dit avoir "bon espoir" que l'initiative "encourage d'autres organisations et entreprises à penser au potentiel danger que représentent certains messages publicitaires", les incitant "à établir de nouvelles politiques qui permettront un réel changement".

Pinterest indique que cette décision s'inscrit dans une démarche déjà entamée en matière de publicité, le réseau social ayant interdit "depuis longtemps le +body shaming+ et les publications faisant l'apologie de la maigreur excessive ou de régimes trop drastiques".

Il ajoute que toute recherche de mots-clés liés à des troubles alimentaires est "automatiquement bloquée, renvoyant l'utilisateur vers une organisation susceptible de les aider".

Enfin chaque semaine le réseau social mettra en avant des contenus "de créateurs du monde entier" qui "réinventent notre relation au corps" en véhiculant "des thèmes positifs tels que la neutralité corporelle et l'acceptation de soi".

"À compter du 1er juillet 2021, Pinterest met à jour ses politiques en matière de publicité pour interdire toutes les annonces contenant du texte ou des images liés à la perte de poids", indique dans un communiqué la plateforme qui revendique 475 millions d'utilisateurs actifs chaque mois dans le monde."Seules les publicités faisant la promotion d'habitudes et de modes de vie sains ou de services et produits de fitness resteront autorisées, tant qu'elles ne sont pas axées sur la perte de poids", précise-t-elle.Sont bannis du réseau social tout texte, image ou témoignage sur la perte de poids, les produits de régime et produits "à porter ou à appliquer sur la peau qui affirment permettre une perte de poids".Tout contenu "qui idéalise ou dénigre certaines morphologies" et toute référence "à l'indice de masse corporelle (IMC) ou à des indices similaires" sont également proscrits.Il s'agit d'"une étape majeure pour donner la priorité à la santé mentale et physique de nos utilisateurs. Nous voulons qu'ils puissent se sentir libres d'être eux-mêmes sur Pinterest, et célébrer la diversité des corps, quelle que soit leur forme ou leur taille", déclare Sarah Bromma, responsable des pratiques de Pinterest, citée dans le communiqué.L'association américaine des troubles alimentaires (National Eating Disorders Association), associée à ce changement de politique publicitaire, dit avoir "bon espoir" que l'initiative "encourage d'autres organisations et entreprises à penser au potentiel danger que représentent certains messages publicitaires", les incitant "à établir de nouvelles politiques qui permettront un réel changement".Pinterest indique que cette décision s'inscrit dans une démarche déjà entamée en matière de publicité, le réseau social ayant interdit "depuis longtemps le +body shaming+ et les publications faisant l'apologie de la maigreur excessive ou de régimes trop drastiques".Il ajoute que toute recherche de mots-clés liés à des troubles alimentaires est "automatiquement bloquée, renvoyant l'utilisateur vers une organisation susceptible de les aider". Enfin chaque semaine le réseau social mettra en avant des contenus "de créateurs du monde entier" qui "réinventent notre relation au corps" en véhiculant "des thèmes positifs tels que la neutralité corporelle et l'acceptation de soi".