Baptisé "It's not that grey" en référence à cette prétendue "zone grise", le guide a été édité grâce au soutien de la députée européenne allemande Terry Reintke et est accessible en ligne.

Sous forme de système d'alerte, le collectif a identifié quatre catégories, dans lesquelles plusieurs signaux peuvent être identifiés. Ces domaines concernent les facteurs environnementaux à risque (milieux avec des enjeux de pouvoir importants, une forte culture sexiste, des relations asymétriques), le syndrome du "good guy" (la bonne réputation de quelqu'un rend plus compliqué d'émettre un malaise vis-à-vis de cette personne), les techniques communes de harcèlement (compliments mal placés, souffler le chaud et le froid, isoler la cible, etc.), ses propres réactions (se convaincre que ce n'est pas si grave, se taire, etc.).

L'objectif est que chaque lectrice se constitue son propre système, en fonction de ses limites personnelles. Un seul élément ne signifie pas automatiquement harcèlement, mais il s'agit d'allumer assez tôt de possibles voyants. Par ailleurs, "la composante sexuelle du harcèlement arrive souvent assez tard", analyse l'autrice Juliette Sanchez-Lambert. "Il s'agit d'abord de harcèlement psychologique".

Le guide est accessible en ligne à l'adresse periodbrussels.eu.