A Java, avec les porteurs de soufre du volcan Ijen

Un porteur de soufre remonte du cratère où il est descendu recolter sa cargaison de soufre solidifié. © reuters

porteurhp-jpg11947835919661194783588084_LW_v2 © reuters

Un porteur de soufre remonte du cratère où il est descendu recolter sa cargaison de soufre solidifié.

montagne-jpg11947835919661194783588180_LW_v2 © reuters

Les mineurs empruntent un chemin escarpé sur 4 kms de dénivelé menant à l'usine de traitement au pied du volcan.

masque-jpg11947835919661194783588148_LW_v2 © reuters

Le port d'un masque de protection contre les gaz corrosifs devrait être obligatoire pour les mineurs, mais la plupart travaille sans protection, s'âbimant les poumons à grande vitesse. Leur espérance de vie ne dépasse pas 40 ans.

souffre2-jpg11947835919661194783588692_LW_v2 © reuters

Des fumées toxiques émanent du cratère.

lacdacide-jpg11947835919661194783588164_LW_v2 © reuters

Avec un diamètre de 650 mètres et une profondeur de plus de 180 mètres, le Kawa Ijen est le plus grand lac d'acide du monde. D'un vert turquoise, il inviterait à la baignade mais il est en fait un mélange d'acide sulfurique et chlorhydrique particulièrement corrosif.

cailloux-jpg11947835919661194783588029_LW_v2 © reuters

Le chemin que les mineurs doivent emprunter est parsemé d'embûches: endroits glissants, grosses pierres,....

100kgs-jpg11947835919661194783588013_LW_v2 © reuters

Les charges de soufre récoltées au fond du cratère peuvent dépasser les 80 kgs. Les porteurs sont payés au kilo de soufre transporté, la tentation dès lors est forte de charger les paniers au maximum.

piedsnusok11947835919661194783595514_LW_v2 © Caroline Lallemand

Certains mineurs, trop pauvres pour s'acheter des chaussures, font le trajet pieds nus, leurs épaules sont déformées par le poids des paniers en osier.

pesee3-jpg11947835919661194783588374_LW_v2 © reuters

Les paniers de soufre sont pesés.

pesee2-JPG11947835919661194783588390_LW_v2 © Caroline Lallemand

A mi-chemin, les paniers sont pesés sous le regard des touristes.

sentier-jpg11947835919661194783588132_LW_v2 © reuters

Le sentier emprunté par les porteurs est escarpé.

raffineryvente11947835919661194783605859_LW_v2 © Caroline Lallemand

Les porteurs, une fois descendus du volcan après plus de 2h00 de marche, peuvent enfin aller vendre leur cargaison de soufre. Ils sont payés au kilo de soufre transporté. Avec une charge de 70 à 90 kilos, ils peuvent gagner 4 à 5 dollars par trajet, soit 30 à 50 dollars mensuels. Le soufre sera ensuite revendu trois fois plus cher sur le marché. Il sera utilisé pour le blanchiment du sucre, la fabrication d'allumettes et de poudre d'explosifs, comme dans l'industrie chimique.

raffinery3-jpg11947835919661194783588100_LW_v2 © reuters

Gazeux à sa naissance, le soufre doit être liquéfié par condensation à 444°, pour être ensuite canalisé sur une dizaine de mètres, il en sortira un liquide orange vif, puis en se solidifiant, il deviendra jaune.

raffinery4-jpg11947835919661194783588116_LW_v2 © reuters

Processus de liquéfaction du soufre.

raffinery-jpg11947835919661194783588451_LW_v2 © reuters

Dans l'usine au pied du volcan, le soufre est à nouveau liquéfié et resolidifié au sol afin d'être transporté en de plus petits cristaux dans de gros camions.

raffinery2-jpg11947835919661194783588528_LW_v2 © reuters

Cristaux de soufre.

finjournee11947835919661194783630533_LW_v2 © Caroline Lallemand

Un porteur, heureux de recevoir son dû. La journée, au volcan du moins, est finie pour lui, l'après-midi, il aidera encore sa famille à travailler dans les plantations de riz.