"C'est une décision douloureuse. Ce n'est pas un problème de responsabilité pénale, mais un problème de responsabilité morale. Je crois pouvoir dire qu'on a vraiment tout fait, mais il y a des risques que nous n'arrivons pas à réduire", a indiqué Martine Aubry au journal La Voix du Nord.

La braderie de Lille, dont l'origine remonte à 1127, est une vaste brocante, braderie et évènement populaire organisé le premier week-end de septembre. Outre des visiteurs nordistes et français, elle attire des milliers de visiteurs belges, néerlandais, allemands ou encore britanniques.

La dernière fois que la braderie avait été totalement supprimée, c'était durant la Seconde Guerre mondiale.

"C'est une décision douloureuse. Ce n'est pas un problème de responsabilité pénale, mais un problème de responsabilité morale. Je crois pouvoir dire qu'on a vraiment tout fait, mais il y a des risques que nous n'arrivons pas à réduire", a indiqué Martine Aubry au journal La Voix du Nord. La braderie de Lille, dont l'origine remonte à 1127, est une vaste brocante, braderie et évènement populaire organisé le premier week-end de septembre. Outre des visiteurs nordistes et français, elle attire des milliers de visiteurs belges, néerlandais, allemands ou encore britanniques. La dernière fois que la braderie avait été totalement supprimée, c'était durant la Seconde Guerre mondiale.