Murales géantes dans l'Arts District
...

Murales géantes dans l'Arts District Plutôt que d'espérer approcher les villas sous surveillance des stars, rendez-vous au Arts district, l'un des coins les plus cool de L.A. Cette zone de bâtiments industriels à l'abandon a été investie par des créatifs qui y partagent lofts et studios dans un esprit bohème. De-ci de-là, on pointe une annonce de tournage de film, dans un décor qui accueille aussi des shoots de mode et des concerts improvisés. Les férus de street art, eux, ont pris d'assaut des façades d'entrepôts : Scarlett Johansson fait partie des têtes qui ont envahi cette jungle créative. Notre suggestion : une pause chez Blue Bottle Coffee, la nouvelle compagnie US chouchou, pour goûter leur café glacé, puis un hot dog de luxe chez Wurstküche, avant de digérer en marchant jusqu'à la Los Angeles River qui n'en finit plus de se tarir, sécheresse oblige. Avec un peu de chance, le mythique pont Art déco de la 6e avenue, en voie de démolition, sera encore debout. Blue Bottle Coffee, 582, Mateo St. www.bluebottlecoffee.comWurstküche restaurant, 800 E 3rd St. www.wurstkuche.comÉvasion au Joshua Tree National Park Cela semble presque surréaliste, mais Los Angeles est une oasis de culture aux portes du désert. Arrivé à destination après avoir survolé des étendues de roche et de sable, la tentation est grande de quitter la ville pour s'évader vers des horizons plus larges. A 2 h 30 de route à peine, le parc national de Joshua Tree fait le bonheur des aventuriers de tout âge. Cette réserve naturelle, à cheval entre le désert du Colorado et celui de Mojave, abrite des paysages étonnants, parmi lesquels on retrouve de nombreux cactus et les fameux Joshua Trees, sortes d'arbustes à pompons de la famille des yuccas. L'endroit n'est pas seulement le rendez-vous préféré des hippies californiens dans les années 70, il permet aussi, avec un peu de chance, de croiser des coyotes, pumas, serpents et oiseaux exotiques. Les sportifs, eux, tenteront l'escalade de certains sites, tandis que les familles rejoindront en voiture des sentiers de rando très aisés. Joshua Tree Visitor Center, 6554, Park Boulevard, Joshua Tree. www.nps.gov/jotr/index.htmGlamour à Palm Springs Où allaient les vedettes de Hollywood lorsqu'elles voulaient se mettre en position "off" avant d'avoir un jet privé à leur disposition ? A Palm Springs, une merveille au milieu des dunes, à 2 heures de route de Los Angeles. Un certain Leonardo DiCaprio y a élu domicile récemment. Mais ce sont surtout Clark Gable, Greta Garbo, Frank Sinatra, Elvis Presley ou Kirk Douglas, entre autres, qui ont façonné la réputation glamour de cette cité paradisiaque plantée en plein désert. La fréquentation dorée de Palm Springs est à l'origine de joyaux d'architecture mid-century dénommée "modernisme du désert". Un plan, disponible au centre d'information de la ville, permet d'approcher quelques magnifiques villas. Palm Springs est aussi la base idéale pour partir à la découverte du Joshua Tree National Park à une petite heure de route de là. Palm Springs Visitors Center, 2901, N Palm Canyon Dr. www.visitpalmsprings.comExpérience culinaire à Koreatown A l'image de New York, L.A. arbore fièrement son cosmopolitisme. Petite différence : sa proximité avec l'Asie lui vaut une forte migration en provenance de ce continent. Entre deux visites, on se prête donc volontiers à un petit dépaysement grâce à Chinatown - le plus touristique -, Little Tokyo et Koreatown. L'architecture, atypique, de cette dernière mérite une balade le nez en l'air. Mais si les locaux viennent ici, c'est surtout pour manger coréen. Kang Hodong Baekjeong (photo), spécialiste du barbecue, ne désemplit pas. On y assiste, admiratif, au rituel de la cuisson de viande de boeuf ou de porc marinée sur une plaque chauffante au milieu de la table. Le label, qui compte des restaurants à Séoul, New York et Hawaii, est censé être le meilleur coréen de la ville. Kang Hodong Baekjeong, 3465, W 6th St. Bouffée d'art au LACMA Avec plus de 150 000 oeuvres d'origines variées, le LACMA (Los Angeles County Museum of Art) est la plus grande institution culturelle de l'ouest des États-Unis. Il serait d'ailleurs plus correct de parler de "musées" au pluriel. Du pavillon d'art japonais, avec ses tenues de samouraïs et ses paravents, à l'aile des impressionnistes, aux extraordinaires expos itinérantes, en passant par les installations extérieures autorisées par un climat doux. Parmi celles-ci, haltes obligatoires au gros rocher en suspension de Michael Heizer (photo) et aux 202 lampadaires vintage de Chris Burden devenus les icônes de ce lieu polyvalent. Jusqu'au 20 mars prochain, grande rétrospective sur l'architecte Frank Gehry, à qui l'on doit notamment le musée Guggenheim, à Bilbao, et la Fondation Louis Vuitton, à Paris. Atelier enfant et très bonne cafétéria pour reprendre des forces en chemin. 5905, Wilshire Boulevard. www.lacma.orgBroadway vintage Broadway, ses néons, son côté parfois un peu glauque et basta. C'était avant. Ce quartier historique bordé de théâtres et de cinémas a longtemps été négligé par la ville. Mais, depuis 2008, celle-ci a entrepris une grosse opération de revitalisation grâce à son programme Bringing Back Broadway. Signe de renouveau parmi d'autres : la chaîne Ace a ouvert en 2014 un boutique-hôtel dans le célèbre United Artists Building. L'édifice de style hispano-gothique, construit dans les années 20, logea autrefois la première salle de cinéma aménagée par des acteurs de l'union des artistes, dont faisait partie Charlie Chaplin. Le projet, respectueux de l'héritage exceptionnel des lieux, mérite une halte même si l'on n'y séjourne pas. La vue depuis la piscine sur les chefs-d'oeuvre Art déco des alentours est remarquable. L'adresse compte aussi parmi les meilleures tables de la ville. Installé en terrasse sur le toit ou côté rue, l'impression d'un plongeon dans le temps nous gagne inévitablement. Ace Hotel, 929, South Broadway. www.acehotel.com/losangelesDolce vita à Venice Beach Pas besoin de quitter la ville pour avoir les pieds dans le sable. Santa Monica ? Venice ? Malibu ? Les habitants se disputent le titre de la meilleure plage. A condition de l'avoir quittée au soleil couchant, pour des raisons de sécurité, Venice Beach, assez proche du centre, est un bon choix. Les surfeurs y profitent des rouleaux du Pacifique pour se donner des frissons. Impossible d'éviter les bimbos, mais la plage, immense, est tranquille. La digue, avec ses petites maisons de couleurs pastel, ses skateurs rastas et ses artisans parfois insolites, rappelle effectivement (un peu) l'Italie, version Hollywood. Légèrement kitsch, mais insolite. Avant de quitter Venice, faites un détour par l'immeuble qui accueille les bureaux de Google (photo), à deux blocs de la plage. Une réalisation du grand architecte Frank Gehry, dont l'entrée est en forme de jumelles. Google Los Angeles, 340, Main Street, Venice. Vue panoramique sur Hollywood Los Angeles, c'est bien sûr Hollywood, ses studios et ses légendes. Pour approcher les fameuses lettres blanches plantées là-haut sur les collines, direction l'observatoire. La route tortueuse qui y mène passe à travers Griffith Park - le plus grand parc municipal au monde - et ses plaines pelées. Au sommet, une sculpture de James Dean rappelle que le site a servi de décor à La fureur de vivre. A l'arrière du bâtiment, la vue sur la cité des anges montre combien celle-ci est davantage un patchwork de quartiers et de populations qu'une big city américaine faite de tours vertigineuses. L'observatoire bâti en 1919, qui se visite, constitue l'une des principales merveilles architecturales de la ville, raison parmi d'autres d'y filer absolument. 2800, E Observatory Rd. griffithobservatory.orgPar Muriel Françoise