Dès la sortie de l'aéroport, le ton est donné : routes défoncées, éclairage public quasi inexistant, le pays est très pauvre. C'est le début de l'hiver austral, le thermomètre n'atteint plus toujours les 20 °C et les Malgaches des hauts plateaux ont enfilé pulls et bonnets. Peaux claires ou foncées, yeux bridés ou non, cheveux lisses ou crépus, une vingtaine de peuples composent la population, venus du monde arabe, malais, océanien et bantou. Dans les rues, ces hommes et ces femmes se mélangent. Du moins en apparence, car des règles sociales strictes et un système de castes régissent les relations inter- ethniques et la vie en communauté. Tout cela sans heurts.
...