Son parti pris : voyager dans le monde entier, se positionner à des endroits stratégiques ou emblématiques, réaliser des milliers de clichés depuis le même point fixe, de l'aube au crépuscule, puis assembler les prises de vue en une composition unique.

Une démarche qui a pour but d'évoquer le passage du temps, mais aussi d'immortaliser des panoramas aux lumières extraordinaires qui, du Serengeti tanzanien au Yosemite californien, en passant par Stonehenge, Venise ou Shanghai, racontent des minuscules histoires par dizaines. Merveilleuse idée que d'avoir contraint le soleil à accepter - enfin - son éternel rendez-vous manqué avec la lune...

Day to Night, par Stephen Wilkes, Taschen, 260 pages.